• ven. Juin 14th, 2024

Atelier de restitution des résultats de monitoring des cachots de la province Cibitoke

ByAdministrateur

Juin 10, 2024

CIBITOKE, 4 juin (ABP) – Un atelier de restitution des résultats de monitoring des cachots organisé par l’association « Ntabariza-SPF” (Solidarité avec les Prisonniers et leurs Familles), à l’endroit des autorités et acteurs de la chaîne pénale de la province Cibitoke, a eu lieu, lundi, le 3 juin 2024, au chef-lieu provincial.

Cette activité effectuée dans le cadre du projet « Accès à la justice des vulnérables et des victimes des violations des droits humains, avait pour but de parler des conditions de détention dans les cachots de la province, selon la coordinatrice du projet, Gaudence Habonimana. Elle a salué la bonne collaboration avec la police lors des visites dans différents cachots, et la facilitation des responsables du ministère de la justice pour le plaidoyer visant l’amélioration des conditions de détention.

Vue partielle des participants

La même responsable à continuer à plaider auprès des participants constitués de commissaires communaux et des OPJ, pour de bonnes conditions de détention. Pour prévenir la surpopulation carcérale, elle a fait savoir qu’en matière de la loi, la liberté doit être le principe et la détention l’exception. Mme Habonimana a précisé que toute personne privée de sa liberté devrait être traitée avec humanité et avec le respect de la dignité inhérente à la personne humaine.

Cette actrice de la société civile a insisté aussi sur les procès qui doivent être équitables pour toutes les personnes, riches ou vulnérables. Pour la province Cibitoke comme pour d’autres provinces qui ne disposent pas de prisons, elle a signalé que la question de surpopulation carcérale reste une réalité, avec son impact sur l’alimentation, l’hygiène, les installations sanitaires, le logement et d’autres. Elle n’a pas oublié de mentionner les abus comme, la détention arbitraire, l’arrestation pour infractions mineurs, pour dettes civiles, abus de confiance, le manque de célérité dans le traitement des dossiers et le dépassement des délais de garde à vue….

Pour le Représentant légal de Ntabariza-SPF, Jean Marie Nshimirimana, l’accès à la justice pour les vulnérables et les victimes des violations des droits humains reste une priorité pour atteindre la vision nationale 2040-2060. Il a encouragé les OPJ pour l’assiduité au travail, malgré quelques manquements pouvant trouver solution, dans les prochains jours.

Le premier Substitut du Procureur Général, François Nkezabahizi, a remercié l’association Ntabariza-SPF, pour sa contribution en faveur de la justice équitable pour tout le monde. Il a encouragé la bonne collaboration entre le Parquet de la République à Cibitoke et la police.