• dim. Nov 28th, 2021

Les prix de certaines denrées alimentaires ont diminué, mais ceux des autres produits restent élevés

ByAdministrateur

Juin 12, 2021

GITEGA, 12 juin (ABP) – Les prix des denrées alimentaires en cours de récolte (le haricot, le riz, la colocase) ont baissé au marché central de la ville de Gitega mais, la diminution n’est pas sensible si on les compare à celle des années antérieures. Les commerçants avancent deux principales raisons : les uns disent que beaucoup de producteurs conservent encore leurs produits alimentaires pour attendre la fixation des prix officiels. D’autres indiquent qu’il y a des agriculteurs notamment ceux du riz qui sont encore en cours de récolte, selon les informations recueillies vendredi au marché central.

Les prix du haricot enregistrent actuellement une baisse qui varie entre 200 et 500 FBu le kilogramme si l’on compare les prix actuels à ceux de fin mai 2021 au marché central du centre-ville. En effet, le prix du haricot jaune de 1ère qualité est fixé à 1800 FBu le kilogramme contre 2.000 FBu fixé antérieurement. Le prix du haricot appelé Muhoro de 2ème qualité est de 1.600 FBu contre le prix antérieur de 2.000 FBu le kilogramme, le haricot Kinure est vendu à 1.200 FBu le kilogramme contre 1.700 FBu fixé antérieurement et le haricot mélangé se vend aujourd’hui à 1.200 FBu le kg contre 1.700 FBu.

Les consommateurs apprécient cette baisse mais, craignent une éventuelle hausse étant donné que les denrées alimentaires au marché ne sont pas aussi abondantes que celles des années écoulées.

Les prix du riz accusent une baisse de 200 FBu le kilogramme pour les différentes variétés si l’on compare les prix actuels à ceux de fin mai 2020. Le riz produit localement de 1ère qualité s’achète à ce jour à 2.000 FBu contre 2.200 FBu le kilogramme fixé auparavant. Le prix du riz de la région de Kumoso   de 2ème qualité est de 1.800 FBu contre 2000 FBu fixé antérieurement. Le prix du riz appelé Cendajuru de 3ème qualité est fixé à 1.500 FBu le kg contre le prix antérieur de 1.700 FBu.

Le prix des graines de maïs secs a connu une certaine stabilité depuis la récolte du mois d’avril dernier et varient entre 750 FBu et 900 FBu.

Le prix du petit pois sec est de 2.400 FBu le kilogramme tandis que celui du petit pois frais varie entre 2.300 et 2.500 FBu le kilogramme. Le blé est rare au marché et son prix est fixé à 2.000 FBu depuis février passé. La diminution de ce prix pourrait avoir lieu au mois d’août après la récolte. La farine de manioc de 1ère qualité a également augmenté en passant de 1.200 FBu le kilogramme à 1.500 FBu à ce jour. La farine de manioc de 2ème qualité a connu une légère baisse en passant de 1.000 à 900 FBu.

Pour les vivres frais, la colocase qui est à la récolte est abondante au marché. Ses prix varient actuellement entre 6.00 FBu le kilogramme et 650 FBu contre 8.00 et 9.00 FBu fixé avant la récolte. Les prix des pommes de terre sont élevés et varient entre 1.000 et 1.300 FBu, alors qu’au moment de la récolte ces prix sont réduits de moitié généralement. La récolte est attendue prochainement.

Les prix des oignons rouges ont également augmenté en passant de 2.000 FBu le kilogramme à 3.000 FBu à ce jour. L’huile de coton est aussi cher avec 6.000 FBu le litre contre 5.000 FBu antérieurement. L’huile de palme varie entre 3.600 et 3.400 FBu le litre au marché central contre 2.400 FBu fixé antérieurement.

Certains commerçants ont indiqué que cette hausse serait liée à la loi de l’offre et de la demande. Ils ont ajouté que les agriculteurs s’impliquent pour augmenter la production, mais que les consommateurs ne cessent aussi d’augmenter.