• mer. Déc 7th, 2022

Vers le bon fonctionnement de l’ISCAM, de l’EPM et de l’EMM

ByAdministrateur

Juin 28, 2021

BUJUMBURA, 25 juin (ABP) – Le Conseil des ministres tenu le jeudi 24 juin 2021 s’est entre autres penché sur le projet d’ordonnance ministériel conjointe portant fixation des traitements des enseignants militaires permanents et honoraires des militaires et civils non permanents, à l’Institut supérieur des cadres militaires (ISCAM).

Le Conseil a en outre analysé deux ordonnances concernant les modalités d’octroi des frais d’encadrement aux structures de soins et aux professeurs de santé s’occupant des stagiaires de l’Ecole paramédicale militaire (EPMM) ainsi que l’octroi des honoraires aux professeurs civils et membres du jury à l’Ecole militaire des métiers (EMM).

Le Conseil des ministres a fait plusieurs observations. Il a trouvé qu’il faut vérifier la base légale sur laquelle les enseignants de l’ISCAM sont actuellement traités. Les salaires et autres avantages ne peuvent pas aller au-delà de ceux octroyés aux enseignants de l’Université du Burundi, a-t-il noté.  Selon le Conseil des ministres, l’encadrement des étudiants fait partie du cahier de charge qu’il ne faut pas prendre pour charge supplémentaire exigeant une prime spéciale. Il a ainsi proposé que les enseignants militaires soient régis par le statut des officiers et rémunérés selon leurs grades et puis leur accorder des primes conséquentes pour les aligner sur le même niveau de rémunération de celui des autres enseignants des universités publiques. S’agissant de la bonification des titres, le Conseil a souligné que cela se fait uniquement lorsque c’est l’employeur qui a envoyé en formation la personne concernée.

Dans le même cadre de l’enseignement, le Conseil des ministres a fait des débats sur le projet d’ordonnance portant modalités d’octroi des frais d’encadrement aux structures de soins et aux professionnels de santé s’occupant des stagiaires de l’Ecole paramédicale militaire (EPMM).  Le Conseil a trouvé qu’il faut vérifier la base légale sur laquelle ces frais sont octroyés. Il a proposé que le montant forfaitaire payé trimestriellement aux encadreurs devrait revenir à la structure d’accueil et non aux individus.  Le montant forfaitaire remis aux hôpitaux qui accueillent les stagiaires devrait tenir compte de l’effectif accueilli.  Les impayés ne seront pas régularisés parce qu’ils n’ont pas de base légale, a souligné le Conseil des ministres.

Concernant les honoraires octroyés aux professeurs civils et aux membres du jury de l’Ecole militaire des métiers (EMM), le Conseil a constaté que les honoraires prévus pour les enseignants civils dans cette école dépassent largement ceux accordés aux enseignants du secteur de l’éducation nationale. Un membre du jury ne devrait pas bénéficier des honoraires par heure car cela fait partie de son cahier de charge pour lequel il est rémunéré, a fait remarquer le Conseil des ministres.

Les trois projets d’ordonnance concernant l’ISCAM, l’EPMM et l’EMM vont être retravaillés pour être ramenés en Conseil des ministres.