• dim. Nov 28th, 2021

Dévouement pour avoir une école au niveau de la sous-colline Kigarama en zone Bugarama avant la rentrée scolaire

ByAdministrateur

Juil 9, 2021

MURAMVYA, 8 juil (ABP) – Le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale (AN), M. Abel Gashatsi, en compagnie des députés élus dans la circonscription de Muramvya (centre-ouest du Burundi), du chef de cabinet du gouverneur de la province et de l’administrateur communal de Muramvya, a poursuivi mercredi le 7 juillet ses descentes dans les communes de cette province où il se joint à la population dans les travaux communautaires.

Gashatsi, qui était mercredi en zone Bugarama, a participé dans les travaux liés à la collecte des pierres qui seront utilisées dans la construction d’une école au niveau de la sous-colline Kirerama, à la colline Busimba.

Des pierres ont été transportées sur une distance d’au moins 2 km jusqu’au lieu qui abritera l’école en prévision, a constaté l’ABP sur place.

Dans son mot d’accueil, le chef de cabinet du gouverneur de la province Muramvya, M. Christophe Nemeyimana, a salué la participation régulière du deuxième vice-président de l’AN, en cas de disponibilité, dans les travaux de développement communautaire de sa province natale. Il a demandé à la population de veiller à la paix et à la sécurité, ainsi qu’à la conservation de la récolte et à la bonne planification des camps d’été pour les élèves en vacances.

Pour sa part, M. Gashatsi a appelé la population de Muramvya à mettre en avant la réconciliation du peuple burundais qui a été victime des divisions ethniques semées par les colonisateurs. Il a aussi exhorté la population de travailler dans la quadrilogie pour que la province puisse sortir de la peur qui a été causée par un groupe armé qualifié de terroriste qui a tué des passagers au niveau de la route nationale N°2 passant par la province Muramvya.

Gashatsi a également saisi cette occasion pour sensibiliser les participants dans ces travaux de développement communautaire à se regrouper en coopératives et mettre en commun leurs terres en vue d’améliorer la production agricole afin que chaque bouche ait à manger et que chaque poche ait de l’argent, selon le principe du gouvernement burundais. Il a en outre insisté sur la tenue des camps d’été minutieusement préparés par l’administration communale et provinciale.