• mar. Sep 27th, 2022

Les étudiants bénéficiaires du projet NICHEBDI240 auront la capacité d’innovation et d’initiative d’apprendre par problème réel au sein de la communauté

ByAdministrateur

Juil 12, 2021

BUJUMBURA, 9 juil (ABP) – Le recteur de l’Université du Burundi (UB), Dr Sanctus Niragira, a annoncé jeudi le 8 juillet 2021, que les étudiants de la Faculté de médecine bénéficiaires du projet NICHEBDI240 auront une capacité d’innovation et d’initiative d’apprendre par problème réel au sein de la communauté, a appris l’ABP sur place. Cette annonce a été faite lors d’une interview accordée au médias à l’occasion de la « clôture du projet NICHEBDI240 et journée de l’approche d’apprentissage par problème et apprentissage au sein de la communauté : expérience de la Faculté de médecine de l’Université du Burundi » au CELAB.

Le recteur de l’Université du Burundi a indiqué que le projet NICHEBDI240 financé par le Royaume des Pays Bas pour accompagner l’adoption du système de Baccalauréat, Master, Doctorat (BMD), système d’apprentissage par problème et apprentissage au sein de la communauté.

Dans ce cadre, la pratique est mise en avant, les étudiants apprennent par un problème réel au sein de la communauté au lieu de se focaliser sur les théories, a-t-il ajouté.

Niragira a également signalé que les étudiants apprennent à partir de l’endroit même où ils vont travailler au sein de la communauté pour comprendre les problématiques, se fixer les objectifs et développer les solutions aux problématiques qui hantent la population.

Concernant les acquis du projet, Dr. Niragira a fait savoir qu’il y a eu renforcement des capacités du personnel des ressources humaines de la Faculté de médecine des trois campus à savoir, l’Université du Burundi, l’Université de Ngozi et l’Université Espoir d’Afrique en matière de l’académie et de la recherche.

Il a, en outre, évoqué la fourniture des équipements de laboratoire et de matériels de transport comme le véhicule Toyota Hilux et un bus pour le transport des étudiant lors des descentes pour l’approche de la communauté en cas de besoin.

Niragira n’a pas manqué de signaler les défis liés à l’insuffisance de ressources humaines. De plus, a-t-il ajouté, il doit y avoir une permission de la part du ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida pour que les étudiants fassent leur séjour au sein des formations sanitaires.

Le recteur de l’UB a dit que la population bénéficiera du projet via les services qui seront rendus par ces étudiants bénéficiaires lorsqu’ils auront commencé à vaquer à leurs activités professionnelles.

Selon toujours le recteur de l’UB, le projet a commencé en 2017 et les étudiants bénéficiaires sont aujourd’hui en 2ème année de baccalauréat.