• mar. Sep 27th, 2022

Le ministre de la justice a manifesté, avec spontanéité, sa compassion aux prisonniers victimes de l’incendie

ByAdministrateur

Août 24, 2021

GITEGA, 23 août (ABP) – Le ministre de la Justice, Mme Jeanine Nibizi, a manifesté avec spontanéité, le dimanche 21 août 2021, sa compassion à l’endroit de 300 prisonniers victimes de l’incendie survenu samedi le 21 courant dans leur demeure, dans la maison de détention de Gitega, en commune et province Gitega (centre du Burundi).

Les flammes ont éclaté vers 8h30 et l’intervention des sapeurs-pompiers de la police de protection civile a été rapide pour empêcher les feux de multiplier les dégâts, a indiqué à la presse M. Anicet Nibaruta, directeur général de cette police.

Toutefois, certains objets ont été abîmés, notamment des lits, des matelas, des habits, des ustensiles de cuisine et la toiture des chambres, a-t-on constaté sur place.

Le ministre de la Justice, l’administration communale et la Croix-Rouge de Gitega ont conjugué  leurs efforts pour venir en aide aux prisonniers en état de sinistre. Des kits constitués notamment de matériel de cuisine et de couchage, du riz, de l’huile de palme ont été livrés aux victimes de l’incendie le même jour.

Le ministre Nibizi a saisi l’occasion pour apaiser les prisonniers victimes de l’incendie, avant de remercier toutes les personnes qui se sont données corps et âme tant pour l’extinction du feu que pour la collecte ou la disponibilisation des aides.

Après avoir fait le tour des différents dortoirs des prisonniers, le ministre Nibizi s’en est prise aux magistrats qui emprisonneraient abusivement des gens. Elle a demandé au procureur général de la République de visiter les dossiers des prisonniers pour vérifier s’il n’y aurait pas de cas d’abus dans l’emprisonnement.

Mme Nibizi a également visité le quartier de la même prison qui héberge des femmes. Elle a demandé à celles qui y séjournent près ou plus d’une décennie de lui envoyer leurs noms quitte à vérifier si leur emprisonnement reste légal. A ces femmes, elle a octroyé des pagnes, du riz et de l’huile de palme. Elle a promis de revenir dans cette maison de détention pour recueillir les doléances des prisonniers.

La prison centrale de Gitega abrite 1438 prisonniers, dont 109 femmes et 19 enfants.