• dim. Nov 28th, 2021

Le chef de l’Etat invite les jeunes de la mairie de Bujumbura à exploiter les potentiels naturels que Dieu a donné au Burundi

ByAdministrateur

Sep 2, 2021

BUJUMBURA, 31 août (ABP) – Le président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye, a animé mardi le 31 août 2021, à Bujumbura, une séance de moralisation à l’endroit des jeunes de la mairie de Bujumbura pour leur enseigner le patriotisme et leur apprendre comment faire leur autonomisation.

Le chef de l’Etat a d’emblée félicité ces jeunes pour le pas déjà franchi en matière de projets de développement. Il a aussi signalé qu’il a l’espoir d’un avenir meilleur pour le Burundi, à travers les jeunes. Il a, à cette même occasion, demandé à ces jeunes d’œuvrer en sauvegardant la paix et la sécurité, et aussi de prononcer des paroles de bénédiction sur leur pays.

Le numéro un burundais a appelé les jeunes de la mairie de Bujumbura à élaborer des projets de développement, en exploitant les potentiels ou la richesse naturelle que Dieu a donné au Burundi, dont l’eau potable, la pluie, les poissons, les minerais, la position du Burundi par rapport aux autres pays et les lieux touristiques. D’après M. Ndayishimiye, Dieu a octroyé ces derniers comme capital, et c’est le tour des Burundais de changer de mentalité et d’utiliser leur intelligence pour exploiter cette richesse naturelle en implantant des industries, comme c’était le cas dans le Burundi traditionnel où il y avait de petites industries qui ont fermé avec l’arrivée des colonisateurs venus avec les produits des industries étrangères.

Une fois ces potentiels exploités, ce sera une occasion d’éradiquer la pauvreté, a précisé le chef de l’Etat, expliquant que la production sera abondante de façon que le pays ait beaucoup à exporter pour avoir des devises. Cela permettra aussi d’éviter que le Burundi soit le marché d’écoulement des produits des autres pays. Il a, par ailleurs, conseillé les Burundais de s’habituer à consommer des produits fabriqués localement pour aider les industries burundaises à se développer.

Certains représentants des entreprises qui ont réussi, dont l’entreprise de construction de Jerry Chris  Ninahazwa, la société Burundi bw’ejo d’Ephrem Ndayikeje, Santé priorité de Vénuste Harerimana, l’entreprise fabriquant des serviettes hygiéniques de Laurette Tetero et des coopératives Sangwe de la mairie ont tous ont affirmé qu’en élaborant des projets de développement et en travaillant ensemble, ils ont enregistré des progrès et ont pu donner de l’emploi aux autres jeunes, tout en payant aussi des taxes à l’Office burundais des recettes (OBR). Ils ont demandé aux jeunes qui étaient présents de ne pas avoir peur d’entreprendre même s’ils ont de petits capitaux et d’avoir le courage de se regrouper dans les coopératives car, ont-ils argué, l’union fait la force.

Ces jeunes entrepreneurs de la mairie de Bujumbura n’ont pas manqué de relever certains défis qui handicapent le domaine entrepreneurial, dont le taux d’intérêt élevé quand ils contractent des crédits dans des banques, ou des gens qui volent des projets des autres. Pour cette raison, ils ont demandé au chef de l’Etat d’appeler les responsables des banques à revoir à la baisse le taux d’intérêt, surtout pour les projets de l’agriculture et de l’élevage, expliquant que les aléas climatiques peuvent entraîner des pertes. Ils ont aussi insisté sur le droit d’auteur dans le domaine des projets de développement.

Les entrepreneurs de la mairie de Bujumbura ont, en outre, plaidé pour l’exonération des entreprises qui sont au stade d’essai et erreurs ou de demander des taxes,

selon le degré de développement de l’entreprise et d’octroyer des marchés aux entreprises burundaises et non aux entreprises étrangères comme celles indiennes ou chinoises, expliquant que les Burundais sont capables.

A toutes ces préoccupations, le président de la République a exhorté les jeunes d’être toujours des partisans de la paix. Concernant le vol des projets des entrepreneurs par certains cadres, il a promis de recommander au ministère du Commerce de bien s’occuper de la protection des projets des entrepreneurs. Concernant l’accès aux crédits, il a orienté les jeunes auprès de la Banque d’investissement pour les jeunes (BIJE) et du Programme d’autonomisation et d’emplois des jeunes (PAEJ) pour avoir des crédits ; et du Fonds d’impulsion, de garantie et d’accompagnement (FIGA) pour avoir quoi hypothéquer.

Le chef de l’Etat invite les jeunes à lutter contre la corruption et la fraude, et à toujours observer les mesures barrières contre la pandémie de Covid-19.