• mar. Sep 27th, 2022

Ouverture d’un centre de prise en charge des enfants handicapés et des personnes âgées les plus vulnérables à Buganda

ByAdministrateur

Oct 5, 2021

CIBITOKE, 28 sept (ABP) – Le gouverneur de la province Cibitoke (nord-ouest du Burundi), OPC1 Carème Bizoza, a récemment inauguré, à Gasenyi, un centre de prise en charge des enfants handicapés mentaux et des personnes âgées les plus vulnérables, appelé « Disability response association (DISARA) ».

L’initiateur et le fondateur principal de l’organisation DISARA est un natif de la commune Buganda, un nommé Fidèle Musiri, vivant lui aussi avec un handicap et résidant actuellement en Australie, selon le représentant légal et président dudit centre, M. Siméon Habimana.

L’objectif du centre est de prendre en charge ce groupe de personnes en vue de contribuer à trouver des solutions à leurs questions multiples ou faire un plaidoyer en leur faveur, selon le président de ce centre.

Avant l’ouverture du centre « DISARA », une enquête de recenser les personnes handicapées de différentes collines de Buganda a eu lieu pendant trois jours. Elle a identifié 371 personnes handicapées faites d’enfants et adultes, selon ce responsable, précisant que 200 personnes sont des adultes constitués de 106 hommes et 94 femmes, tandis que le total des enfants était de 171 enfants, dont 101 garçons et 70 filles. Le gros de ces personnes sont nées entre 2002 et 2021, a-t-on appris de la même source. L’organisation est allée plus loin jusqu’à affirmer que pas mal de familles supportent péniblement ces enfants, mais aussi qu’il y en a qui les enferment dans leurs maisons pendant la journée pour aller travailler et chercher de quoi les nourrir, a-t-on appris. Ce problème a touché les fondateurs de DISARA à penser à la prise en charge de cette catégorie marginalisée de la population, et permettre aux leurs de travailler pour s’auto-développer, a précisé M. Habimana.

Le gros des enfants pris en charge par ce centre sont des handicapés mentaux, qui ont besoin d’un encadrement spécialisé, à côté des personnes plus âgées, a-t-on constaté sur place. Le centre envisage de développer leurs capacités, notamment par la scolarisation de ceux qui le peuvent et l’apprentissage de petits métiers pour d’autres pour leur épanouissement, leur dignité et leur valorisation.

Pour y arriver, le même responsable plaide pour l’appui des natifs et de l’administration envers ce centre, qui a besoin d’un centre de santé, de véhicule, de tricyclettes, d’autres équipements, de la nourriture et de l’argent pour les payer ses employés et son fonctionnement, a fait savoir le président dudit centre de Buganda.