• mer. Déc 7th, 2022

Les grossistes de certains articles du marché de Cotebu nécessitent la délocalisation vers le marché de Ngagara pour le rendre dynamique

ByAdministrateur

Oct 7, 2021

BUJUMBURA, 4 oct (ABP) – Les commerçants grossistes de certains articles œuvrant au marché communément appelé Cotebu devraient se délocaliser vers le marché de Ngagara pour rendre dynamique ce dernier. Ce sont les propos des commerçants grossistes des tomates contactés lundi 4 octobre 2021 au marché de Ngagara par l’ABP dans une visite qu’elle a effectuée aux commerçants grossistes des tomates, choux, amarantes et pastèques délocalisés du marché de Cotebu vers le Marché de Ngagara.

Les commerçants grossistes des tomates ont révélé à l’ABP que la situation qu’ils vivent actuellement est différente de celle qu’elle avait étant au marché de Cotebu. Ils indiquent que le marché de Ngagara n’a pas de mouvement. Ils ont des difficultés à écouler leurs marchandises d’où ils déplorent de travailler à perte. Une femme contactée a signalé à l’ABP que lorsqu’elle était au marché de Cotebu,  déjà à 10 heures elle avait écoulé ses marchandises, mais se lamente qu’actuellement elle peut passer toute la journée sans même écouler la moitié. Elle déplore que si elle reste dans ces conditions, elle ne pourra pas nourrir ses enfants.

Une autre personne contactée par l’Agence burundaise de presse (ABP) a indiqué qu’ils manquent des clients parce qu’on a délocalisé certains articles alors que d’autres articles complémentaires à ceux qu’on a délocalisés restent au marché de Cotebu d’où les commerçants détaillants éprouvent des difficultés à se rendre à Ngagara pour certains articles puis au marché Cotebu pour d’autres articles. Ces mouvements augmentent le coût d’achat. C’est la raison pour laquelle les détaillants préfèrent se rendre au marché de Cotebu où ils trouveraient tout ce dont ils ont besoin.

Ces commerçants grossistes ont demandé à l’administration ayant l’organisation des marchés dans ses attributions de revoir l’organisation du marché de Ngagara. Ce marché a plus de kiosques construites suivant les normes mais qui sont fermés, ont-ils expliqué. Ils ont demandé également la délocalisation des marchandises comme les poireaux, les carottes, les aubergines, les poivrons, le petit pois, les poissons ainsi que les viandes afin de rendre dynamique le marché et pour que les commerçants détaillants aient des facilités pour acheter différents articles dans un seul marché. Les commerçants grossistes de pastèques quant à eux ont dit qu’ils reçoivent des clients mais pas au même rythme que quand ils étaient au marché de Cotebu. Ils espèrent que ça va venir avec le temps. Le président du comité du marché de Ngagara, Isaac Minani, a apprécié le fait qu’on a délocalisé certains articles vers ce marché et partage le même avis que les grossistes des tomates que certaines marchandises les plus utilisées ou qui vont de pair avec ceux qui sont déjà au marché Ngagara devraient eux aussi être délocalisées pour faciliter la tâche des petits commerçants et pour augmenter le mouvement des marchands.

Concernant les kiosques qui sont fermés donc non fonctionnels, il a précisé que la mairie met en garde les propriétaires de ces bâtiments que des mesures vont être prises à leur endroit s’ils ne viennent pas ouvrir ces kiosques pour les rendre fonctionnels.