• sam. Nov 26th, 2022

Le pas déjà franchi dans l’application de la Résolution 1325, jugé satisfaisant

ByAdministrateur

Déc 17, 2021

BUBANZA, 16 Déc (ABP) – La ministre de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre (MSNASDPHG), Imelde SABUSHIMIKE, juge satisfaisant le pas déjà franchi dans l’application de la Résolution 1325, au Burundi, a-t-on appris lors de la journée Portes ouvertes sur la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, organisée par ledit Ministère, ce Jeudi le 16, au chef-lieu de la province Bubanza (Nord-Ouest du Burundi).

Dans l’interview accordée aux journalistes, la Ministre SABUSHIMIKE a parlé de quelques réalisations montrant le pas déjà franchi entre autres le fait que la Constitution accorde le minimum de 30% des femmes dans différentes institutions, la mise en place des lois sur la lutte contre les VBG, des lois dans le domaine des corps de défense et de sécurité autorisant les femmes et filles à participer aux missions de maintien de la paix, la mise en place du Plan National de Développement (PND) qui prône l’éradication des inégalités sous toutes ses formes, la mise en place des centres de prise en charge intégré. La ministre du MSNASDPHG a indiqué, également, que son ministère a initié des programmes comme  » Nawe nuze », « Merankabandi » et autres, qui associent les femmes dans des groupements d’épargne et crédits, et où les femmes sont formées sur les Activités génératrices de revenus. Bientôt la banque des femmes ouvrira ses portes, ajoute-t-elle.

D’autres exemples montrant le pas déjà franchi est la représentativité des femmes dans la gouvernance, en cette année 2021, parmi les conseillers collinaires, les femmes représentent 20%, parmi les chefs de collines les femmes sont à 8%, les femmes dans les conseillers communaux représentent 34% et parmi les administrateurs communaux, 36% sont des femmes, apprend-on sur place.

Quant aux défis, différents orateurs, au cours de cette journée portes ouvertes, ont pointé du doigt le fait que le minimum de 30% de femmes accordés par la Constitution reste muette en ce qui concerne leur application au niveau des structures locales, le manque d’autonomisation économique de la femme dans des ménages et autres.

La Ministre SABUSHIMIKE a demandé une implication effective des différentes institutions et partenaires dans la mise en œuvre effective de cette Résolution 1325, au Burundi.