• mer. Mai 18th, 2022

43,7% des ménages sont pauvres selon une enquête intégrée sur les conditions de vie des ménages au Burundi de 2019-2020

ByAdministrateur

Déc 28, 2021

BUJUMBURA, 24 déc (ABP) – Le directeur général de l’Institut des statistiques et d’études économiques du Burundi (lSTEEBU), M. Nicolas Ndayishimiye a ouvert vendredi le 24 décembre 2021, un atelier de présentation et de dissémination des résultats sur le profil et les déterminants de la pauvreté issus de l’enquête intégrée sur les conditions de vie des ménages au Burundi (EICVMB) de 2019-2020.

Dans son discours, le directeur général de l’lSTEEBU a indiqué que l’EICVMB 2019-2020, a été réalisée et exécutée techniquement par l’ISTEEBU, en collaboration avec les ministères ayant l’agriculture, le travail et l’énergie dans leurs attributions, ainsi que la Banque de la République du Burundi (BRB) et ce, sous le pilotage politique du ministère des Finances, du Budget et de la Planification économique.

A cette occasion, il a précisé que l’agenda 2030, sur les objectifs de développement durable (ODD), a été adopté par l’assemblée générale des Nations unies en septembre 2015, soulignant que cet agenda qui structure les activités des Nations unies sur la période de 15 ans (2016-2030), comporte 17 objectifs, 169 cibles et 244 indicateurs.

C’est dans cette optique, indique M. Ndayishimiye, que le Burundi a procédé à la priorisation des cibles au contexte national, en retenant 17 objectifs, 49 cibles et 101 indicateurs.

Et pourtant, dans le but d’une bonne domestication des ODD priorisés, le Burundi a élaboré son plan national du développement (PND,2018-2027), qui a pris en compte le rapport de priorisation, a-t-il ajouté.

Ndayishimiye a également signalé, qu’après la cartographie des indicateurs ODD et du PND, il s’est avéré que la plupart des indicateurs étaient renseignés par les données issues des récentes enquêtes auprès des ménages, entre autres l’enquête sur les conditions de vie des ménages (2013-2014) et la troisième enquête démographique et de santé (2016-2017).

Étant donné que ces enquêtes sont coûteuses, il a souligné que le gouvernement et ses partenaires se mettent ensemble pour mutualiser leurs moyens et harmoniser leurs interventions, afin de parvenir à une production des données complètes, avec une périodicité raisonnable afin de mettre à jour et régulièrement, les indicateurs indispensables pour le suivi des différents agendas et outils de planification, mis en œuvre au niveau du Burundi.

De plus, a-t-il ajouté, les résultats issus de cette enquête, mettent en évidence les efforts fournis par le gouvernement du Burundi et ses partenaires au développement, dans différents domaines de la vie nationale et permettent de mesurer le pas déjà fourni, dans le cadre de la mise en œuvre des ODD et du PND.

Il a aussi précisé que les résultats montrent qu’au seuil de 576 751 FBu par an et par équivalent adulte, soit 1580 FBu par jour et par équivalent adulte, 43,7% des ménages sont pauvres et 51,4% des membres des ménages le sont également. Selon également ces résultats, le chômage qui, au sens strict, est plus urbain que rural (7,4% contre 0,4%), touche les gens les plus instruits (9,2%) alors qu’il est de 1,1% au niveau national.

Ndayishimiye a rappelé que l’ISTEEBU est engagé pour la pérennisation de la conduite de l’enquête intégrée sur les conditions de vie des ménages, en respectant la périodicité requise qui constituent une partie des principales sources de données, pour le renseignement des indicateurs ciblés par les différentes initiatives auxquelles le Burundi a librement souscrit.

Avant de terminer son discours, il a remercié toutes les autorités administratives provinciales, communales et collinaires pour leur assistance aux équipes chargées de la collecte des données sur le terrain.