• mer. Mai 18th, 2022

La COSESONA demande la suspension de la décision du ministère de l’Education nationale de préparer un test de perfectionnement professionnel aux enseignants

ByAdministrateur

Jan 17, 2022

BUJUMBURA, 15 jan (ABP) – Les syndicats affiliés à la Coalition spéciale des syndicats des enseignants pour la solidarité nationale (COSESONA) se lamentent suite à une décision prise par le ministre de l’Education nationale et de la Recherche scientifique M. Havyarimana François, de préparer un test de perfectionnement professionnel aux enseignants.

Selon le vice-président de la COSESONA, M. Emmanuel Mashandari, le ministère de l’Education nationale et de la Recherche scientifique jette le tort à l’enseignant debout comme si tous les problèmes qui gangrènent le secteur éducatif seraient l’œuvre de l’enseignant. Il l’a déclaré vendredi le 14 janvier lors d’une conférence de presse organisée par cette coalition.

M. Mashandari a indiqué que les syndicats des enseignants affiliés à la COSESONA dénoncent des mesures qui sont prises par le ministère en charge de l’Education nationale liées aux modalités d’organisation du perfectionnement professionnel des enseignants sans qu’il y ait le dialogue social véritable qui recommande une implication effective des partenaires sociaux avant toute décision qui engage le monde du travail, a-t-il expliqué.

Au cours des échanges, M. Mashandari a précisé que les représentants syndicaux ont relevé différentes violations des normes du travail en matière d’organisation du perfectionnement professionnel envisagé. Il a fait savoir que le ministre en charge de l’Education nationale n’a pas voulu reconnaître la violation de la loi en matière de perfectionnement.

Il a en outre signalé qu’en attente de la réponse aux préoccupations des syndicats, le ministre s’est empressé à adresser une note aux directeurs communaux de l’Enseignement (DCE) et aux directeurs provinciaux de l’Enseignement (DPE) afin de déterminer les centres de passation dudit test.

Se référant à la citation la plus célèbre sur le dialogue social qui dit que : “Mettre en place le dialogue social demande des efforts, l’entretenir en demande plus encore.”

Le vice-président de la COSESONA a indiqué qu’organiser pareil test de niveau pour accéder à un perfectionnement professionnel pour les enseignants revient à remettre en cause l’institution qui a délivré le diplôme, la réussite au test de recrutement ainsi que les cotations attestant le niveau de performance annuellement reçues.   Il a encore précisé que l’organisation de ce test revient également remettre en cause l’expérience professionnelle acquise par l’enseignant. Il a signalé que ce test préparé pour l’enseignant témoigne d’un manque de confiance en cette catégorie de fonctionnaires qui sont utiles au regard des hauts cadres.

La COSESONA demande au ministère en charge de l’Education nationale de reconnaître les efforts fournis par les enseignants qui consacrent leur vie dans la noble mission d’éduquer les enfants du pays au lieu de se retrouver devant un soi-disant test de niveau qui concerne le français et le calcul, soulignant que les enseignants méritent plutôt une prime exceptionnelle.

La coalition demande également à ce ministère de suspendre sans condition toutes les procédures liées à l’organisation de ce test afin de programmer un dialogue franc encore non évasif en vue de trouver des solutions efficaces et durables et de mettre en place le dialogue social pour ne pas déclencher un mouvement de grève.

En ce qui est du ministère ayant le Travail et la Fonction publique dans ses attributions, M. Mashandari a indiqué que celui-ci devrait intervenir dans l’interprétation et dans la mise en application des dispositions du statut général des fonctionnaires. Il n’a pas manqué d’interpeller les enseignants de suivre de près l’évolution de leurs doléances et prendre des dispositions nécessaires à la défense en synergie de leurs droits.

Il a rappelé que les syndicats des enseignants restent favorables à l’organisation régulière d’un perfectionnement à l’endroit des enseignants comme le stipule les textes légaux et réglementaires qui gèrent le monde du travail, en l’occurrence le statut général des fonctionnaires.