• mar. Mar 5th, 2024

Célébration de la journée mondiale de lutte contre le cancer au Burundi

ByAdministrateur

Fév 21, 2022

BUJUMBURA, 18 fév (ABP) – L’assistant du ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida Dr Onésphore Nzigirabarya a procédé jeudi 17 février 2022 à l’ouverture d’un atelier organisé par le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida en collaboration avec ses partenaires au développement, du 17 au 18 février 2022, pour préparer la célébration de la journée mondiale de lutte contre le cancer au Burundi sous le thème : « Pour des soins plus juste « .

Dr  Nzigirabarya  a  fait savoir que l’objectif de cet atelier est  de sensibiliser le public et les leaders politiques et sanitaires sur les enjeux du cancer et les soins palliatifs au Burundi.

Il a indiqué que chaque année, le monde célèbre la journée mondiale de lutte contre le cancer en date du 4 février. C’est une journée internationale consacrée à la sensibilisation pour la prévention et la détection précoce du cancer.

Il a précisé que chaque année, l’Afrique enregistre environ 1,1 million de nouveaux cas de cancer et jusqu’à 700 000 décès des suites de cette maladie.

Le cancer du sein, tout comme les cancers du col de l’utérus, de la prostate, du foie et colorectal, concentrent près de la moitié des nouveaux cas de cancer recensés sur le continent chaque année, a-t-il ajouté.

En effet, selon les données fournis par Globocan 2020, on estimait à 7929 nouveaux cas de cancer au Burundi dont 19,9% représentaient le cancer du col de l’utérus, 10,1% le cancer du sein, 9,5% le cancer de prostate, 6% le sarcome de Kaposi, 5,2% les cancers œsophagiens et 49,2% pour les autres cancers.

Dr Nzigirabarya n’a pas manqué de révéler les défis communs dans la région. Il s’agit notamment du manque de sensibilisation et d’éducation, l’accès limité aux services de prévention primaire et de détection précoce du cancer ainsi que des retards dans le diagnostic et le traitement. Il a précisé que l’accès aux soins palliatifs et au soulagement de la douleur est aussi limité.

Il a souligné que le ministère en charge de la Santé publique à travers le Programme national intégré de lutte contre les maladies chroniques non transmissibles s’engage à mettre en place un centre national de référence en cancérologie, élaborer des documents techniques de prise en charge du cancer, renforcer les capacités des prestataires des soins dans la lutter contre le cancer, éduquer la population en matière des maladies chroniques non transmissibles en particulier le cancer.

Selon l’assistant du ministre ayant la santé dans ses attributions, le ministère s’engage également à sensibiliser les décideurs politiques et sanitaires sur les défis et les solutions liés à la prévention, le diagnostic et la prise en charge ainsi que les soins palliatifs au cancer au Burundi, sensibiliser et prévenir la population sur les facteurs de risque du cancer, a-t-il affirmé.

Il a remercié vivement l’OMS et les autres partenaires techniques et financiers ainsi que les organisations de la société civile pour les efforts très bénéfiques qu’ils fournissent pour la santé de la population burundaise.

Dans son exposé, Dr Jérôme Ndaryutse qui a représenté l’OMS dans cet atelier, a indiqué que le cancer devient la première maladie qui attaque beaucoup de personnes au Burundi. Il a souligné que l’OMS présente un large éventail d’interventions permettant de prévenir les nouveaux cas de cancer.

Il s’agit notamment de lutter contre le tabagisme, de la vaccination contre l’hépatite B pour prévenir le cancer de foie, de l’élimination du cancer du col de l’utérus par la vaccination contre le papillomavirus humain ainsi que par le dépistage et le traitement.

Notons que cette journée a été célébrée au Burundi le 18 février 2022.