• lun. Juil 22nd, 2024

La hausse exorbitante des prix de denrées alimentaires, une réalité dans la ville de Bujumbura 

ByAdministrateur

Mai 11, 2022

BUJUMBURA, 11 mai (ABP) – La hausse exorbitante des prix de certains produits alimentaires est une réalité en Mairie de Bujumbura. Constat de l’ABP lors d’une visite qu’elle a effectuée le mardi 10 avril 2022, dans les différents marchés de la capitale économique du pays.

Les prix des produits de première nécessité en alimentation, notamment les haricots, le riz, les pommes de terre, le charbon et l’huile de palme ont monté avec une allure inquiétante ces derniers jours. Les vendeurs des denrées alimentaires que l’ABP a contactées, ont indiqué que la hausse de ces prix serait relative au manque du carburant qu’on a observé une certaine période. Ils avancent la raison que le déplacement de ces produits est devenu très cher.

Ainsi, la situation des prix au marché se présente comme suit : le haricot communément appelé « Kirundo » qui était à 1050fbu par kg, il est à 1800fbu, celui de « Kinure » est à 2500fb, alors que dans les mois passés était à 1500fb, les prix des haricots « Gisoda » a passé de 1250 fbu à 2400fbu, ainsi que les haricots « Jaunes » qui ont passé de 1800fbu à 2800fbu, ceux de Muhoro qui étaient à 1600fbu est à 2700fbu. Les prix de riz qui était à 1700fbu, il est à 2600fbu par kg, alors que ceux de pomme de terre qui étaient à 800fbu par kg est à 1300fbu.

Les consommateurs habitants dans la capitale économique de Bujumbura, se lamentent de cette hausse excessive des prix des denrées alimentaires. Ils ont révélé à l’ABP qu’ils éprouvent des difficultés pour nourrir leur famille. Les fonctionnaires se lamentent eux aussi, arguant qu’avec la hausse des prix des denrées alimentaires à une allure inquiétante, la consommation mensuelle est loin supérieure au revenu mensuel. Ces fonctionnaires demandent au gouvernement responsable et laborieux d’arranger les choses, pour que la hausse des prix de transport, qui provoque la hausse des autres produits de première nécessité, aille de pair avec la hausse du salaire des fonctionnaires, afin que personne ne se sente léser.