• lun. Fév 26th, 2024

Vers une nouvelle politique nationale de la population au Burundi

ByAdministrateur

Mai 25, 2022

NGOZI, 24 mai (ABP) – Le Burundi constitue un pays à démographie galopante. La population est passée de 4,028 millions en 1979 à plus de 12,83 millions en 2022. La croissance est tellement rapide et la population burundaise pourrait se dédoubler en 29 ans. Le Burundi affiche l’une des densités les plus fortes du monde avec 494 habitants au km2. Avec une forte fécondité et des unions précoces, les conséquences de la croissance démographique sont innombrables. On peut ici citer l’augmentation des personnes vulnérables, la faible prestation des soins et services de santé, la détérioration de la qualité de l’éducation etc. Il y a aussi des conséquences sur l’eau potable et l’assainissement et sur l’agriculture et l’élevage.

Le gouvernement a déployé beaucoup d’efforts pour faire face aux défis liés aux effectifs, la croissance, la composition et la répartition de la population. On peut ici relever les différentes stratégies et plans nationaux de développement ainsi que les politiques et stratégies sectorielles. Mais tous ces efforts n’ont pas abouti à des résultats escomptés. Pour corriger ces lacunes, le gouvernement du Burundi prévoit une politique nationale de la population. A cette fin, le ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique a organisé depuis ce mardi à Ngozi un atelier régional de consultation des parties prenantes à la base pour contribuer à l’élaboration de cette politique nationale de la population.

Selon un projet de cette politique, il faut maîtriser la dynamique de la population basée sur une planification familiale renforcée et adaptée aux questions émergentes, des actions intégrées sur les leviers et la maîtrise des influences culturelles. Il s’agira aussi de renforcer la qualité du capital humain, réduire la pauvreté et les inégalités et bâtir des bases d’une cohésion sociale catalyseur du développement durable. Un cadre institutionnel de mise en œuvre pilote par la primature et exécuté par un Office Burundais de la Population qui est prévu.

Concernant le financement de la politique nationale de la population, un Fonds national de la population sera institué. Son alimentation viendra du budget de l’Etat et les contributions des communes et les appuis des partenaires au développement. L’atelier a vu la participation des différentes parties prenantes des provinces de Ngozi, Kayanza, Kirundo et Muyinga.