• jeu. Fév 22nd, 2024

Atelier d’échange sur la protection des droits de l’enfant

ByAdministrateur

Juin 22, 2022

CIBITOKE, 16 juin (ABP) – Le cabinet du gouverneur en collaboration avec SOS Village d’enfants de Cibitoke a organisé un atelier d’échange sur la politique de protection de l’enfance, mercredi le 15 juin au chef-lieu de la province.

Pour le gouverneur de province, M. Carême Bizoza, la protection des droits de l’enfant doit être une affaire de tout le monde. Il a invité les participants à contribuer, pour disséquer où réside le problème afin que les droits de l’enfant soient désormais une réalité dans sa province.

Quant à la directrice des programmes au Village d’enfants SOS de Cibitoke, Mme Jeanne d’Arc Ndayizeye, l’atelier a été organisé à l’endroit des administratifs et des partenaires, dans la protection de l’enfance, pour vulgariser la politique du SOS de la protection de l’enfant et analyser les principaux défis qui guettent la province en la matière, pour échanger sur eux, et trouver ensemble des solutions appropriées.

Les principaux défis sont notamment des enfants non-inscrits à l’état-Civil; la non reconnaissance de la paternité chez certains; la spoliation des biens des orphelins laissés par les parents; l’existence des données erronées sur l’identité des enfants. Il y a aussi l’absence des mesures d’accompagnement de la gratuité de l’éducation et le paquet insuffisant des soins pour les indigents.

Comme solutions proposées par les participants, c’est la sensibilisation et l’information de la communauté, par l’administration et différents partenaires; l’implication des partenaires; l’usage de l’ADN pour identifier le père de l’enfant, et la réduction des conflits familiaux.

Les confessions religieuses comme d’autres ont un rôle à jouer, pour renforcer la solidarité communautaire.

D’autres ont proposé la promotion des travaux communautaires, dans le cadre des mesures d’accompagnement de la gratuité de l’éducation, etc.

Dans l’ensemble, les participants ont convergé à dire qu’il faut travailler pour un changement, par rapport à la protection de l’enfance avec le souhait qu’un jour tous les enfants de la province seront dans des familles, qui les aiment, pour ne ménager aucun effort à leur développement complet.