• mar. Juin 25th, 2024

Les institutions publiques et privées appelées à octroyer des stages de premier emploi aux jeunes diplômés

ByAdministrateur

Juin 24, 2022

BUJUMBURA, 24 juin (ABP) – Le premier ministre du Burundi, Alain Guillaume Bunyoni a appelé, jeudi le 23 juin 2022, les opérateurs des secteurs privé et public à octroyer le stage de premier emploi aux jeunes diplômés, dans le but d’appuyer l’Etat dans la lutte contre le chômage.  C’était au cours du forum de haut niveau sur la sensibilisation des entreprises pour l’octroi des stages de premier emploi aux jeunes diplômés, qu’a organisé le Ministère des Affaires de la Communauté Est Africaine, de la Jeunesse, des Sports et de la Culture.

Le premier ministre a noté qu’au Burundi, les entreprises tant privées que publiques exigent des années d’expérience professionnelle  comme critère d’éligibilité, critère qui, par contre, sert de disqualification pour la plupart de ces derniers. Il a ainsi lancé un appel aux responsables des entreprises pour pourvoir des stages de premier emploi aux jeunes  dans leurs organisations, car ce fait constitue la préparation du bon avenir pour l’entreprise qui en bénéficie plus.

M. Bunyoni a aussi appelé à la collaboration entre différentes entreprises et l’Office Burundaise de la Main d’œuvre (OBM) pour la facilitation de ce projet. Il a invité les jeunes détenteurs de différents diplômes au Burundi à aller se faire enregistrer dans les bases de données de cet Office pour pouvoir être orienté dans les entreprises où ce stage est offert.

Dans son exposé, le coordinateur national du Programme d’Autonomisation Economique et d’Emploi des Jeunes (PAEEJ), M. Désiré Manirakiza  a signalé que 400 mille jeunes chômeurs ont été recensés en 2020, les provinces Bujumbura Mairie, Gitega et Makamba ayant le plus grand nombre. Il a aussi souligné qu’au Burundi, 90 pour cent des jeunes qui terminent leurs études reçoivent  leur premier emploi après 5 ans de chômage.

Selon M. Manirakiza, le manque de stage de premier emploi est l’une des grandes causes du non emploi des jeunes détenteurs de diplômes. Ce coordinateur national a aussi indiqué que, cette année, 1500 jeunes diplômés vont bénéficier de ces stages, au sein des institutions publiques et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). C’est dans cette optique qu’il a interpellé les opérateurs dans le secteur privé de suivre ce bon exemple, ce qui sera bénéfique pour eux et pour ces jeunes.

Il importe de savoir que ce projet de soutien des jeunes diplômés est appuyé par la Banque Africaine de Développement (BAD), l’Organisation Internationale des Migrations, ainsi que le gouvernement du Burundi.