• jeu. Fév 22nd, 2024

Autorisation spéciale aux musulmans d’abattre les animaux

ByAdministrateur

Juil 8, 2022

BUJUMBURA, 7 juil (ABP) – A l’occasion de la fête de l’Aid El Adha, le gouvernement du Burundi, via le ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage vient d’accorder une dérogation spéciale, aux musulmans, d’abattage des animaux en cette période de crise sanitaire animale causée par la fièvre de la vallée du Rift qui s’est déclarée au Burundi depuis le mois d’avril 2022, a indiqué dans  un communiqué, le directeur général de l’élevage, M. Serges Nkurunziza, au cours d’un point de presse tenu mercredi le 6 juillet 2022.

Cette exception a été faite, selon lui, par le fait que les musulmans ont demandé avec insistance et expliqué que cette fête ne peut pas être célébrée sans sacrifice.

Il a indiqué cependant que cette dérogation spéciale a été octroyée à la communauté islamique du Burundi moyennant des conditions qui doivent être absolument respectées afin d’éviter la propagation de cette maladie virulente et encore active dans le pays.

La collecte des animaux d’abattage a déjà commencé en date du premier juillet et se poursuivra jusqu’au 8 juillet, puis suivra l’abattage,  du 9 juillet au 12 juillet.

Les activités d’achat et de rassemblement des animaux devront se faire dans des sites identifiés de quarantaine, cela doit se faire en strict collaboration entre la communauté islamique du Burundi, (COMIBU), les administratifs au niveau provincial et les directeurs des bureaux provinciaux de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage (BPEAE). Les animaux achetés doivent être bien identifiés par un marquage approprié pour éviter des dérapages.

L’inspection ante mortem et post mortem devra être réalisée systématiquement pour chaque animal par les techniciens vétérinaires du ministère et la viande issue de ces animaux abattus sera objet de la cuisson dans les ménages musulmans.

Les abattages devront se faire dans les abattoirs connus ou dans d’autres sites d’abattage pré identifiés en collaboration avec les BPEAE et l’administration.

Apres l’abattage, les restes des animaux seront enfouis directement et les lieux d’abattage feront objet de nettoyage-désinfection appropriée par les services vétérinaires, sur frais de la COMIBU. Les animaux présentant des signes d’une quelconque maladie ne seront pas abattus et resteront en quarantaine sous traitement.

Le ministère en charge de l’Elevage interpelle les responsables de la COMIBU au niveau de chaque province, les gouverneurs et la police de veiller au strict respect de ces conditions. Il a félicité l’administration, la population et les services de sécurité pour la collaboration dans le respect des mesures mises en place pour faire face à l’épizootie.