• mar. Sep 27th, 2022

Clôture de la deuxième édition du festival « Igihugu »

ByAdministrateur

Août 19, 2022

BUJUMBURA, 16 août (ABP) – Le représentant légal de l’association Gumya, M. Pierre Nkurikiye, a procédé le samedi 13 août 2022, dans les enceintes de l’école doctorale de l’université du Burundi (UB), à la clôture des activités comptant pour la deuxième édition du festival « Igihugu » organisée cette année sous le thème « Ikirundi cacu, itunga ryacu » (Notre langue maternelle, notre patrimoine), du 11 au 13 août 2022.

Dans son discours d’accueil, le directeur adjoint chargé du pôle « Science naturelle de la vie » à l’école doctorale, M. Sébastien Manirakiza a demandé aux participants d’aimer et de parler leur langue sans la mélanger avec d’autres langues qu’ils ont apprises à l’école. Il a également demandé aux experts de l’université du Burundi de faire des études analytiques pour voir s’il est possible que les Burundais portent des noms significatifs écrits en Kirundi, comme Nkurikiye Manirakiza, afin de donner une valeur appropriée à leur langue maternelle quitte à ce que l’on puisse l’enseigner au monde comme les autres nations le font.

La troisième et dernière journée du festival « Igihugu » a été marquée par trois présentations en Kirundi, portant sur le rôle de la langue maternelle dans la transmission des connaissances de génération en génération, le rôle des technologies de l’information et de la communication dans la diffusion des informations ainsi que sur comment écrire, publier et vendre le livre. Elle a également été marquée par l’attribution du trophée annuel à titre posthume à feu Abbé Jean Baptiste Ntahokaja, écrivain de beaucoup de livres en Kirundi ainsi que la publication officielle du livre contenant 3150 proverbes (Imyibutsa).

En ce qui concerne le rôle du Kirundi dans la transmission des connaissances, le professeur d’université, M. Denis Bukuru, a signalé qu’il est fort possible de transmettre les connaissances en Kirundi pour que la population entière puisse comprendre toute la matière.

Partant de l’origine des mots, M. Bukuru a traduit certains mots français en Kirundi dont la chimie (impindurakamere), l’atome (intamenwa), le diplôme (indangabumenyi), l’hydrogène (imvyaramazi), l’oxygène (indemampwemu), la théorie (inyoboravyiyumviro), la formule (umukenyuro).

Le Kirundi n’est pas pauvre en vocabulaires, il suffit de réfléchir intensément sur l’origine des mots, a-t-il ajouté.

Le président de l’association des écrivains du Burundi (à gauche) remettant le trophée annuel de feu Abbé Ntahokaja au secrétaire permanent de l’Académie Rundi

Le secrétaire permanent de l’Académie Rundi, M. Clément Bigirimana a fait remarquer que le 21ème siècle est dominé par les technologies de l’information de la communication (TIC) à travers lesquelles un professeur peut dispenser son cours à distance. Ainsi, il a appelé les participants à l’amour de leur langue maternelle, au bon usage des TIC et à soigner leurs messages qu’ils diffusent à travers les réseaux sociaux.

Le livre est une œuvre de l’esprit et le résultat du travail acharné de l’écrivain, a souligné l’écrivain et poète Dieudonné Bacinoni. Cet officier de police a demandé aux écrivains d’écrire leurs livres conformément aux règles de leur culture. Il a également demandé aux investisseurs d’investir dans ce domaine.

Les participants se sont réjouis des différentes présentations magnifiques, qui interpellent la population à valoriser sa langue maternelle, sa culture et ses coutumes. Ils ont souhaité que ces présentations soient écrites pour être enseignées à l’école.

En marge de ces présentations et interventions des participants, le président de l’association des écrivains burundais, M. Joseph Butoyi a procédé à l’attribution du trophée annuel à feu Abbé Jean Baptiste Ntahokaja pour sa bravoure dans la valorisation de la langue maternelle à travers ses différentes œuvres écrites en Kirundi. Ce trophée a été réceptionné par le secrétaire permanent de l’Académie Rundi, qui va le remettre à la famille de l’illustre disparu Ntahokaja. « Nous espérons que le trophée baptisé Jean Baptiste Ntahokaja sera remis chaque année au meilleur écrivain en Kirundi », a rassuré le représentant légal de l’association Gumya.

Il a enfin profité de l’occasion pour rendre public son livre contenant 3150 proverbes (Imyibutsa), écrit en Kirundi. Il a vivement remercié tous ceux qui ont contribué depuis son idée d’écrire ce livre jusqu’à sa publication. Il a également remercié les différents partenaires de l’association Gumya, qui ont contribué pour la réussite de la deuxième édition du festival « Igihugu ».

Le président de l’association des écrivains du Burundi a félicité ce nouveau-né dans le monde des écrivains pour tous les efforts qu’il a fournis jusqu’à la publication de son livre. Il a aussi félicité tous les écrivains œuvrant dans le domaine de la défense et de la sécurité qui, à part leurs lourdes tâches, prennent leur temps pour écrire des livres afin de partager leurs connaissances avec leurs frères et sœurs.