• mar. Sep 27th, 2022

Le chef de l’Etat encourage les femmes qui font l’entrepreneuriat

ByAdministrateur

Sep 1, 2022

GITEGA, 22 août (ABP) – Le président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye, a octroyé à Mme Marie Ndinzemenshi, pour le compte de l’Etat, une enveloppe de vingt millions (20.000.000) FBu et une autre de quinze millions (15.000.000) FBu, de la part de l’ONG Search For Common Ground (SFCG), en guise de soutien à son projet de transformation des excréments humains en fertilisants agricoles.

Mme Ndinzemenshi a témoigné avoir récolté une tonne de haricots sur un hectare grâce à l’utilisation de ce fertilisant, au moment où elle n’en récoltait auparavant que 300 kg sur la même superficie. Ce projet a pris le devant sur les deux autres dont l’un de la province Muyinga et l’autre de celle de Cibitoke, à l’issue du classement fait après leurs défenses devant le chef d’État, certains membres du gouvernement, l’ambassadrice des Etats Unis d’Amérique au Burundi, la représentante de SFCG et certains gouverneurs de province.

Ces projets ont généré de l’emploi à plus d’un, ont-ils fait savoir.

La représentante de SFCG a indiqué que cette activité a été organisée dans le cadre de s’enquérir du niveau de la femme en matière de l’entrepreneuriat quitte à son autonomisation.

Des mains du chef de l’Etat, le deuxième projet en relation avec l’élevage des caprins et la transformation des urines de ceux-ci en fertilisants agricoles, représenté par Mme Bora de Muyinga, a reçu une enveloppe de dix millions FBu de la part de SFCG.

Quant au troisième ayant trait à la fabrication des blocs à lécher des bovins et représenté par Mme Céline de la province de Cibitoke, il a eu une enveloppe de huit millions de la part de la même ONG.

Aux heureuses gagnantes, le chef d’État a exprimé ses sentiments de satisfaction eut égard à leurs innovations pour contribuer dans le développement de leur famille et celui du pays.

Il a déploré le comportement dégradant des lauréats d’université qui se tremblent les mains dans les poches dans l’attente de l’emploi dans les services de l’État ou ailleurs.

L’on doit changer de mentalité et savoir capitaliser les connaissances acquises pour se créer l’emploi, a martelé le président Ndayishimiye.

« Le travail ennoblit l’homme », a-t-il cité avant de témoigner que, depuis son jeune âge jusqu’aujourd’hui, il ne cesse d’entreprendre des projets de développement. Il entreprend la culture des champignons, du maïs, de la pomme de terre, etc; l’élevage des poules, des poissons, des vaches et des porcs