• lun. Juil 15th, 2024

Vers le recensement Général de la Population, de l’Habitat, de l’Agriculture et de l’Elevage au Burundi

ByAdministrateur

Oct 12, 2022

BUJUMBURA, 11 oct (ABP) – Le secrétaire permanent au ministère des Finances, du Budget et de la Planification Economique, Mme Francine Inarukundo a procédé mardi le 11 octobre 2022 à l’ouverture d’un atelier d’échanges d’informations sur le niveau des réalisations des préparatifs du Recensement Général de la Population, de l’Habitat, de l’Agriculture et de l’Elevage au Burundi 2022 (RGPHAE).

Dans son discours d’ouverture, elle a indiqué que la réalisation du RGPHAE s’impose et se justifie pour le Gouvernement du Burundi et ses Partenaires au développement du fait que le dernier recensement du Burundi date 2008. Or, l’Organisation des Nations Unies (ONU) recommande qu’un recensement de la population et de l’habitat soit organisé, au moins, tous les dix (10) ans. Dans ce contexte, a-t-elle dit, le 4ème recensement du Burundi devrait avoir lieu en 2018. Mais il a été repoussé pour 2022 afin qu’il soit  en harmonie avec les autres pays de la Communauté Est Africaine.

Malheureusement, ce grand rendez-vous n’a pas été respecté par tous les pays de la communauté et des contraintes ont fait que le Burundi ne parvienne pas à conduire son RGPHAE à la date souhaitée. Cette enquête permettra au gouvernement et à ses partenaires au développement de disposer de données et d’indicateurs de base nécessaires pour la conception, le suivi et l’évaluation des politiques, des programmes et des stratégies sectorielles et communautaires de développement. Le RGPHAE fournira également des données de base et désagrégées pour l’analyse des questions de genre et le suivi de la pauvreté, les analyses spatiales et la cartographie des infrastructures sociales de base (santé, éducation, eau, électricité, marché, etc.) et la mise à jour de la base de sondage pour les enquêtes futures auprès des ménages.

Dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage, le RGPHAE fournira la base de sondage pour les enquêtes agro-pastorales futures, à partir de son module de base. Il constituera également une opportunité pour renforcer les capacités techniques et institutionnelles de l’ISTEEBU et de la Direction des Statistiques du Ministère en charge de l’agriculture.  Elle a indiqué  que les activités préliminaires de ce recensement ont débuté en 2019, avec l’élaboration du Document stratégique de base, puis se sont poursuivies, en 2020, avec l’élaboration des documents stratégiques de plaidoyer pour la mobilisation des ressources et de communication pour la mobilisation sociale. En 2021, une équipe ad hoc, constituée d’experts nationaux, a élaboré les documents méthodologiques, les différents outils de terrain à savoir les questionnaires, les manuels du personnel de terrain, les guides d’utilisation des applications informatiques pour la cartographie et le dénombrement.En septembre de la même année, le Président de la République, Evariste Ndayishimiye, a procédé au lancement officiel des activités de ce recensement donnant ainsi un signal fort pour sa réussite aussi bien techniquement que financièrement.

Elle a saisi cette opportunité pour remercier le système des Nations Unies spécialement à l’UNFPA, pour l’expertise technique apportée au Burundi dans la conduite de ses trois derniers recensements de la population ainsi que ses efforts aux cotés de la FAO pour la mise à la disposition, du Bureau Central du Recensement (BCR), de l’expertise internationale pour accompagner l’expertise nationale et  garantir l’assurance qualité et le respect des standards internationaux dans le cadre de la réalisation du RGPHAE.

Elle a par ailleurs indiqué qu’ en vue d’opérationnaliser le décret N°100/109 du 30 novembre 2020 portant Institution du Recensement Général de la Population, de l’Habitat, de l’Agriculture et l’Elevage au Burundi de 2022, le Gouvernement a mis en place des organes stratégiques d’orientation et d’encadrement que sont le Comité National d’Orientation du Recensement (CNOR), le Comité Technique du Recensement (CTR), le Bureau Central du Recensement (BCR) les Comités Provinciaux de Recensement (CPR) et les Comités Communaux de Recensement (CCR). Elle a exhorté les partenaires au développement du Burundi d’appuyer financièrement pour la réussite du Recensement en renforçant les capacités techniques nécessaires et en accompagnant le Gouvernement à boucler son financement. Dans un proche avenir, une table ronde sera organisée à cet effet pour discuter des modalités pratiques de cette mobilisation des ressources financières au profit de notre RGPHAE.

Le représentant résident ai de l’UNFPA, Dr Pierre Konan Kacou a invité les représentants des partenaires présents à cet atelier  d’arrêter des stratégies de mobilisation de ressources en vue d’appuyer les efforts du gouvernement qui permettent au processus du RGPHAE de décoller véritablement. « Notre engagement et notre détermination devront être de mise pour relever les défis dans la finalisation des préparations techniques, les opérations de collecte à venir, mais aussi pour le nombre d’études approfondies à programmer à partir du RGPHAE afin de rendre les données du RGPHAE plus dynamiques et plus efficientes, », a-t-il ajouté.

Selon le représentant résident de la FAO au Burundi, Dedemanao Pissang Tchangai, Cette organisation a déjà apporté une contribution de 424 000 dollars américains pour le financement de la phase préparatoire dans le cadre de son programme de coopération technique. Selon lui, avec les activités préparatoires du quatrième Recensement Général de la Population et de l’Habitat, il y a une nécessité absolue de mutualisation, non seulement pour une économie d’échelle sur les ressources, mais aussi pour l’harmonisation des concepts, la production de la base de sondage pour le secteur agricole. Il s’est réjoui que le Burundi soit  engagé dans cette vaste opération, qui cadre parfaitement avec les orientations du Programme Mondial de Recensement de l’Agriculture 2020 préconisé par la FAO qui couvre la période 2016-2025.  Il a ajouté que c’est la raison principale de l’appui de la FAO à la mise en œuvre de cette opération de recensement agricole, car, si le Burundi est à son quatrième recensement de la population et de l’habitat, il n’en est pas de même du secteur agricole où le pays conduit son premier recensement, a-t-il ajouté.  Il est à signaler que le RGPHAE devra se terminer en 2024 et les fonds nécessaires pour ce travail sont estimés à 8.584.700 dollars américains. Jusqu’ à présent la BAD s’est déjà prononcée pour  une contribution de 1.200.000 dollars et la FAO 424.000 dollars. Le Gap est de 6.960.000 dollars américains.