• lun. Juil 15th, 2024

Vers une réduction des dégâts des catastrophes en province Rutana

ByAdministrateur

Nov 7, 2022

RUTANA, 3 nov (ABP) Le projet « Financement basé sur la prévention » œuvrant dans la prévention et gestion des catastrophes, va aider à améliorer les conditions de vie des habitants qui souffraient beaucoup des effets des catastrophes, a indiqué le coordinateur national chargé de la résilience environnementale au sein de la croix rouge Burundi, M. Oswald Nahimana, au cours d’une réunion de sensibilisation sur ce nouveau projet, qu’a organisée la croix rouge à l’intention de la plateforme provinciale de gestion des risques et catastrophes,  le mercredi 2 novembre 2022.

                                          vue partielle des participants

M. Nahimana a fait savoir que ce projet va être mis en œuvre dans les communes Bukemba et Giharo du fait qu’elles sont les seules à connaitre des inondations, pendant la période pluvieuse, provenant des eaux de la rivière Musasa qui traverse les deux communes.

Le chargé de la résilience environnementale a estimé que cette nouvelle approche consistant à mener des actions anticipatives aux inondations qui envahissent cette localité, va sauver beaucoup de vies humaines et de biens, le plus rapidement possible, et va aussi diminuer considérablement les dégâts des catastrophes dans la zone d’action  dudit projet.

Il a fait savoir que  le projet coopère avec l’institut géographique du Burundi (IGEBU) pour avoir des prévisions de la météo de la localité concernée, et, au cas où une catastrophe est susceptible, la croix rouge, en partenariat avec le programme alimentaire mondiale, mènent des actions anticipatives incluant des mécanismes de financement dans la circonscription pouvant subir cette catastrophe.

Le coordinateur Nahimana a signalé que ce programme apporte de l’aide, en cash, à la population, la raison étant qu’avec l’argent liquide, l’aide permet à la famille bénéficiaire de récupérer certains biens détruits différents par ces catastrophes.

Il a ajouté qu’avec le cash l’aide octroyée est aussi bénéfique pour d’autres personnes comme les commerçants, soulignant qu’on peut même distribuer des matériaux en préparation de la possible catastrophe qui, à la fin ne survient pas. Cet aide matériel n’aura aucune importance, mais l’argent reste toujours utilisable.

Selon M. Nahimana, ce projet qui est à sa deuxième phase a commencé dès les années 2020 avec les provinces de l’ouest du pays qui étaient les plus menacées par des inondations.