• lun. Juil 15th, 2024

Lancement officiel des activités de célébration de la journée du contribuable, édition 2022

ByAdministrateur

Nov 29, 2022

BUJUMBURA, 24 nov (ABP) – Le commissaire général de l’Office Burundais des Recettes (OBR), M. Jean Claude Manirakiza, a animé une conférence de presse, mercredi 23 novembre 2022, dans le cadre du lancement officiel des activités relatives à la célébration de la Journée du Contribuable, édition 2022 qui sera célébrée le 6 décembre au chef-lieu de la province Muyinga.

                                                                                                 Vue partielle des cadres de l’OBR

Il a indiqué à cette occasion que cette célébration va bien au-delà d’une simple cérémonie. Elle constitue plutôt, une bonne occasion d’éveiller les consciences des contribuables que quand ils s’acquittent convenablement de leur mission, ils jouent un rôle important dans le développement du pays. M. Manirakiza s’est dit satisfait de l’augmentation du montant des recettes par rapport à l’année précédente. Ainsi, au cours du 1ème trimestre 2022 (du 1er juillet au 30 Septembre), l’OBR a collecté 384.340.000.000 de BIF alors qu’au cours de la même période de l’année précédente, il avait collecté 329.740.000.000 de BIF. Soit une augmentation de 54.600.000.000 de BIF, ce qui équivaut à une performance de 117,7% et un accroissement par rapport à la même période de 16,3%. Pour le mois d’octobre 2022, il a informé qu’une assiette de quelque 130.000.000.000 de BIF a été collectée, un montant en hausse par rapport aux 108.000.000.000 de BIF collectés le mois d’octobre 2021.

Dans le cadre de la lutte contre le secteur informel, il a fait savoir que l’office mène des actions de sensibilisation et d’éducation au civisme fiscal. Des activités qui ont porté des fruits selon lui, car, a-t-il dit, de juillet à octobre 2022, 5531 nouveaux contribuables ont été immatriculés dont 3566 personnes physiques et 1965 personnes morales. Durant cette même période, 4168 engins ont été immatriculés, pour la plupart des motos à 60% et des voitures à 17,8%. Afin d’optimiser la collecte des recettes douanières des produits comme les fers à béton, le ciment, le sucre, les céréales, les téléphones, le tissus et les boissons non alcoolisés ont été configurés dans le système de l’OBR, a dit M. Manirakiza.

Néanmoins, le commissaire général de l’OBR, constate que la balance commerciale du Burundi reste déficitaire. Ainsi, il a expliqué qu’au cours du 2ème trimestre 2022 la valeur des importations est de loin supérieure à celle des exportations. La valeur des importations est estimée à 580,2 milliards de BIF tandis que les exportations sont estimées à 52 milliards. Une balance commerciale déficitaire de 528 milliards de nos francs. Il a appelé à l’augmentation de la production pour renverser la tendance. D’où le thème de cette journée qui appelle à s’acquitter du devoir fiscal et de développer le pays, a-t-il dit. Le thème ainsi consacré à cette journée est : « Payons fièrement les impôts et taxes puis contribuons au développement du pays ».

Les journalistes ont voulu savoir, l’étape franchie dans la collecte de tous les taxes et impôts exclusivement par l’OBR tel qu’exigé par le président de la République. Il a répondu que la recommandation est tombée juste avant la  fin de la clôture de l’année budgétaire précédente. Il a estimé que des étapes doivent être franchies notamment le fait de penser aux effets de l’application de la recommandation et mettre à jour la logistique et les ressources humaines. Cette étape demande des moyens supplémentaires, selon M. Manirakiza  qui a estimé qu’en 2023 l’exécution de ce programme sera effective.

Par rapport aux exonérations qui ne cessent d’augmenter, le commissaire général de l’OBR a indiqué que cet office ne fait qu’appliquer la loi en rapport avec la collecte des impôts et taxes. La fixation des exonérations relève de la loi, donc de l’Assemblée Nationale. Par rapport à la question de savoir le pas franchi par l’OBR pour mettre en place l’interconnexion de ses services, telle qu’ordonné par le président de la République, M. Manirakiza a répondu que le domaine digitalisation suppose un changement de comportement sur le long terme. Il a fait savoir que le pas franchi est de 40%  par rapport aux entreprises et commerçants qui ont déjà des machines à facturation électronique directement interconnectés avec OBR. Ce dernier compte également acquérir des machines à mettre à la disposition des contribuables qui n’ont pas de système de facturation électronique.