• dim. Juil 21st, 2024

L’entreprise Shazawax aide les jeunes à avancer dans la vie

ByAdministrateur

Jan 5, 2023

BUJUMBURA, 4 jan (ABP) – L’entreprise Shazawax aide les jeunes à avancer dans la vie et plus particulièrement les femmes d’être élégants, a indiqué Mlle Joëlla Niyonkuru, responsable de l’entreprise Shazawax, sis au quartier Winterekwa, zone Gihosha, commune urbaine de Ntahangwa, lors d’une interview qu’elle a accordée à l’ABP le mardi 3 janvier 2023.

En effet, Mlle Niyonkuru a indiqué qu’elle avait une idée de créer une entreprise et donner l’emploi aux autres jeunes burundais étant au banc de l’école en 2012. Elle s’exerçait à coudre des vêtements après les études étant donné que son père lui avait offert une machine pour l’apprentissage du métier de tailleur.

Elle a fait savoir que l’idée de la création des modèles lui est revenue en 2017, lorsqu’elle fréquentait ses études universitaires en France. Ce n’est qu’en 2021, a-t-elle signalé, que l’entreprise Shazawax a commencé à fonctionner.

Mlle Niyonkuru a pu créer et coudre les modèles des vêtements, des sacs à main, des trousses, des pochettes, à l’aide d’une autre entreprise qui était chargée d’appuyer les autres qui démarraient les activités génératrices de revenu.

Grâce à l’entreprise Shazawax, elle a eu l’occasion de participer dans un concours  » top modèles Europe » qui avait le but de sélectionner les mannequins des grandes entreprises de marque. Shazawax a été éliminée en demi-finale, a-t-elle signalé.

Elle a indiqué que Shazawax est une entreprise qui a pour but d’aider toutes personnes, plus particulièrement les femmes à se mettre en valeur et d’être élégantes, peu importe la taille.

Selon Mlle Niyonkuru, elle a quitté la France au début de l’année 2022, pour s’installer au Burundi, son pays natal et partager ses connaissances aux jeunes burundais pour que ces derniers puissent en bénéficiés et pouvoir avancer dans la vie de tous les jours.

L’entreprise a pour le moment 10 personnes dont deux qui sont en formation et 7 qui travaillent comme bénévoles mais qui gagnent une petite somme d’argent ou un vêtement comme récompense.

Dans les perspectives, elle envisage épanouir son projet, avoir un endroit meilleur où mettre une grande entreprise et embaucher des salariés. Elle aimerait que Shazawax soit une grande marque de luxe au Burundi et demande le gouvernement du Burundi un appuyer matériel et financièr afin de pousser loin sans oublier d’interpeller les jeunes de se joindre à elle pour travailler avec force.