• jeu. Juil 25th, 2024

Certains parents seraient complices dans la traite des enfants en commune Cendajuru

ByAdministrateur

Fév 18, 2023

CANKUZO, 17 fev (ABP) – Le trafic des enfants vers la Tanzanie est une réalité en commune Cendajuru de la province Cankuzo. Cela a été déclaré dans une réunion de sécurité tenue, le jeudi 16 février 2023, par le gouverneur de cette province, M. Boniface Banyiyezako à l’endroit des administrateurs communaux et des chefs de services déconcentrés, en commune Gisagara.

Au cours de cette réunion il a été déploré que les représentants collinaires de l’Ombudsman surtout en commune Gisagara et Cankuzo soient dénigrés et parfois malmenés par la population en conflit quant aux décisions qu’ils prennent. S’appuyant sur la manière de leur élection et sur leur compétence, le gouverneur Banyiyezako a demandé que les meneurs de cette attitude soient traduits en justice.  Il a, plutôt, conseillé la population de saisir les tribunaux dans un délai ne dépassant pas 15 jours, en cas d’insatisfaction.

Dans cette réunion on a également signalé la traite des enfants notamment en commune Cendajuru. En effet, ces enfants sont transportés vers la Tanzanie pour l’exécution de différents travaux.  Dans ces dossiers, les commissionnaires gagnent 50.000 shillings par enfant et même certains parents sont pointés du doigt comme complices.

Dans le but d’éradiquer ce trafic d’enfants, le gouverneur a recommandé la comparution devant la justice de toute personne y impliquée. Des conséquences néfastes s’observant suite à ce trafic qui se fait par ruse comme on l’a indiqué.  Selon la directrice provinciale de l’éducation, il s’agit, entre autres, du taux élevé d’abandons scolaires. Pour sa part, le gouverneur de Cankuzo a interpellé les administratifs à la base pour vérifier, souvent, si tous les membres des familles sont là.

S’agissant des cas de vol du haricot et d’autres produits enregistrés un peu partout dans la province, le gouverneur Banyiyezako a invité la population à rester vigilante pour arrêter ce mal.