• sam. Mai 25th, 2024

Les théiculteurs revendiquent la hausse du prix du kilo de la feuille verte

ByAdministrateur

Fév 28, 2023

BUJUMBURA, 18 fév (ABP) – L’office du thé du Burundi (OTB) en collaboration avec la confédération nationale des théiculteurs (CNATHE) ont organisé, vendredi le 17 février 2023, à Bujumbura, un atelier de renforcement des capacités aux coopératives des théiculteurs.

M. Jean Berchmans Itangishaka qui a représenté les théiculteurs d’Ijenda a fait savoir qu’actuellement, 1 kg de feuille verte du thé coûte 280 kg, ce qu’il juge minime par rapport au coup d’entretien de cette culture.  Selon lui certains commencent à abandonner cette culture en l’arrachant ou en laissant son entretien suite à ce prix qui est bas. Il a aussi signalé que les théiculteurs de la région sud ne comprennent pas l’importance de se regrouper dans les coopératives, expliquant que dans les jours passés, certains responsables des coopératives se rendus coupables de détournement des fonds.

Pour sa part, président du CNATHE François Sinzobakwira a salué l’amélioration de la production du thé par rapport aux années antérieures. M. Sinzobakwira a aussi épousé l’idée du représentant des théiculteurs d’Ijenda par rapport au prix du kilo des feuilles vertes comparativement aux activités de sarclage, de taille et de cueillette que nécessite cette culture. Il a aussi précisé que la mesure de l’OTB de hausser le prix de la main- d’œuvre à la cueillette devrait s’appliquer aussi au prix du kilo de la feuille verte pour qu’il y ait de l’équilibre. Il a aussi plaidé pour l’augmentation des fertilisants en passant de 250 kg de fertilisants à 350 kg par hectare tout en les rendant disponibles à temps pour améliorer la production.

Malgré ces défis, le président du CNATHE conseille les théiculteurs à se regrouper dans les coopératives précisant que  » l’Union fait la force”. Pour ceux qui tendent à abandonner cette culture, il leur indique que la situation peu changer d’un moment à l’autre.

Quant au gestionnaire des plantations théicoles à l’OTB, M. Cleophas Ndikumangenge, il  a précisé que la revendication d’augmenter le prix au kg de feuilles vertes est légale, arguant que même dans le passé, le prix a évolué positivement. Concernant les fertilisants, il a promis que l’OTB va faire tout son possible pour les augmenter et voir s’il peut même les importer.  Pour le moment, l’OTB attend les résultats des études menées par l’ISABU et le FOMI.

Les opérateurs économiques qui veulent investir dans la filière thé sont les bienvenus pour créer même d’autres usines qui s’ajouteraient aux seuls cinq existantes afin d’augmenter les devises. Ces opérateurs économiques sont demandés d’attendre la politique de la filière thé en cours d’élaboration et qui tracera une ligne à suivre à tous ceux qui veulent investir dans le secteur.

Selon un cadre du ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage qui a représenté la direction d’appui aux organisations professionnelles agricoles (DAOPA), Ir Gilbert Ntemako, certaines coopératives des théiculteurs marchent bien et d’autres non. Pour un bon fonctionnement, il a demandé aux coopératives d’élaborer, chacune, son plan d’action annuelle et son règlement d’ordre intérieur.

Concernant le détournement des fonds qui se manifeste chez certaines coopératives, les membres peuvent analyser la cause et porter plainte à la justice.  Il est à signaler que tous les participants souhaitent voir une réunion à l’endroit de tous les intervenants en matière de la filière thé pour trouver des solutions aux défis qui hantent ce secteur.