• mer. Juin 12th, 2024

La CVR poursuit ses sensibilisations sur les massacres de 1972 au Burundi

ByAdministrateur

Mai 19, 2023

GITEGA, 11 mai (ABP) – La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) a organisé le mercredi 10 mai 2023, à Gitega (centre du pays), une conférence de presse sur les mensonges qui ont été développés par le régime du président Michel Micombero, en rapport avec le génocide de 1972-1973.

Lors de cette conférence, le président de cette commission, Pierre Claver Ndayicariye a indiqué que la CVR a pu identifier plus de 30 mensonges que le régime du président Michel Micombero a établi pour tuer les Burundais de l’ethnie Hutu en majorité. À titre d’exemples, l’ambassadeur Ndayicariye, a fait savoir que le président Michel Micombero a proclamé le 29 avril 1972 que le Burundi a été attaqué par 10.000 rebelles armés des machettes, des baïonnettes et des cocktails Molotov à Nyanza-Lac, Rumonge, Bujumbura et Gitega.

Le président de la CVR a signalé que les investigations que cette commission a déjà effectué depuis l’an 2014 jusqu’en 2022, ont prouvé que cela était un mensonge car, dit-il, l’armée nationale de cette époque ne comptait que 3.500 soldats.

L’autre mensonge que le président de la CVR a soulevé est l’affirmation du gouvernement de Micombero qui disait que ces rebelles étaient des Mayi Mulele qui venaient de la Tanzanie et du Congo et qu’ils ont commencé à massacrer des gens à Rumonge et Nyanza-Lac, puis à Bujumbura et partout dans les pays.  M. Ndayicariye a indiqué que la CVR a mené des enquêtes approfondies sur ce sujet.

Il a affirmé que cette commission a trouvé qu’il n’y a jamais eu une guerre dans tout le pays mais, qu’il y a eu des groupements de rebellions qui ont attaqué le sud du pays et le Bututsi. Mais, qu’après, le gouvernement de Micombero a massacré dans tout le pays plusieurs personnes particulièrement, les Bahutu instruits ou riches, sans qu’il y ait des jugements. L’autre mensonge est que selon Ndayicariye, ce gouvernement a établi des pièces judiciaires pour les victimes, afin d’éviter des accusations d’exécutions extra-judiciaires.

Le président de la CVR a aussi indiqué que la CVR ne pourra pas trouver tous les restes humains des victimes de 1972, parce que selon lui, il y a des personnes qui ont été jetées dans les rivières, d’autres dans les forêts.

Il a signalé que la Commission Vérité et Réconciliation a proposé qu’il y ait une journée nationale en mémoire de ces victimes.

Signalons que jusqu’à maintenant, la CVR n’a pas encore trouvé les restes humains du Roi Ntare V Charles Ndizeye, assassiné en 1972.