• mer. Juin 12th, 2024

Le PARCEM souhaite la bonne gouvernance budgétaire,  l’un des piliers fondamentaux pour l’émergence

ByAdministrateur

Juin 7, 2023

BUJUMBURA, 6 mai (ABP) – Le Président de l’ ONG locale, Parole et action  pour le réveil de consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM), M. Faustin Ndikumana,  a organisé, mardi, le 6 mai 2023,  à Bujumbura, une  conférence de presse  pour parler des actions à mener  pour la mise en œuvre de  la volonté du Président de la république, Evariste Ndayishimiye,  qui  souhaite  que  le Burundi soit   un pays émergent en 2040, et un pays développés en 2060.

Selon Faustin Ndikumana, cette vision est un objectif noble, mais, qui exige  un engagement, une discipline et une sagacité d’esprit pour y parvenir, ajoutant que  la bonne gouvernance budgétaire est l’un des éléments fondamentaux pour la réussite de cette dernière.

Le président PARCEM  a, de ce fait, annoncé les grandes modifications urgentes à apporter  dans la gouvernance budgétaire pour  réussir face à cette vision, entre autres, la transparence dans la publication des documents pour faciliter la participation  du public, une meilleure programmation budgétaire et a précisé que des projets d’investissement doivent être bien étudiés, bien précises, bien exécutés et bien évalués.  Il n’a pas manqué de  souligner que  le gouvernement devrait gérer professionnellement le patrimoine à sa disposition, renforcer la redevabilité.

D’autres actions à mener pour réussir cette vison sont, selon M. Ndikumana, le renforcement de l’application des procédures professionnelles d’engagement des dépenses, la lutte sans relaxe contre la corruption et les malversations économiques, cette dernière étant l’ennemi première  de la gouvernance et performance budgétaire.

Aussi, a-t-il, mentionné, la valorisation de la fonction de contrôle budgétaire, la maîtrise de l’hémorragie des exonérations et l’endettement qui prennent des allures de plus en plus inquiétantes, sont des questions à surveiller de près, sans oublier l’amélioration des outils  de gestion.

M.Ndikumana a interpellé le gouvernement du Burundi à faire recours à l’expertise nationale  et internationale pour atteindre cette réussite.

Vue partielle des journalistes lors de la Conférence