• mer. Juin 12th, 2024

Les avancements administratifs de carrières pour tous les fonctionnaires de l’Etat vont être effectifs à partir de l’exercice budgétaire 2023/2024

ByAdministrateur

Juin 14, 2023

BUJUMBURA, 13 juin (ABP) – Les avancements administratifs de carrières pour tous les fonctionnaires de l’Etat  vont être effectifs à partir de l’exercice budgétaire 2023/2024, selon le ministre des finances, du budget et de la planification au développement, M. Audace M. Niyonzima, qui s’ exprimait  lundi le 12 juin 2023, devant les députés, lors de la plénière d’analyse et adoption du projet de loi portant fixation du budget général de la République du Burundi, pour l’exercice 2023-2024.

Le projet de loi en son article 34 stipule que dans le cadre de la mise en œuvre de la politique salariale équitable, « les avancements administratifs de carrières (annales et grade) deviennent effectifs à partir de l’exercice budgétaire 2023-2024 ». Cela faisant suite  « au déblocage administratif et avancement fictif de carrière qui a été réalisé dans le secteur de la fonction publique pour les fonctionnaires et agents civils de l’Etat, au courant de l’exercice 2022-2023 ».

Selon M. Niyonzima,  le même article dispose que «  pour les établissements publics à caractère administratif, industriel et/ou commercial, les administrations personnalisées de l’Etat ainsi que les administrations à caractère social, le gel des avancements administratifs est levé à partir de l’exercice  budgétaire 2023-2024. Toutefois, cette mesure n’a pas d’effet financier rétroactif ».

Le Ministre Niyonzima,  a fait savoir que le décret qui détermine les modalités d’application de cette mesure va sortir bientôt.

Par rapport au recrutement du personnel, la présente loi stipule en son article 35 que : « tous les recrutements sont gelés,  sauf pour le secteur de la défense, de la sécurité, de l’enseignement, de la santé et de l’OBR dans les limites du budget disponible».

La présente loi laisse néanmoins des latitudes de recrutement et de remplacement dans d’autres secteurs. Ainsi, le même article stipule que « les recrutements et remplacements du personnel de tous les autres secteurs ne peuvent être effectifs que s’ils sont visés par le ministre ayant les finances dans ses attributions dans le cadre de la présente loi ».