• dim. Mai 26th, 2024

Prestation de serment de cinq nouveaux magistrats à la Cour Suprême

ByAdministrateur

Août 15, 2023

BUJUMBURA, 12 août (ABP) – Les nouveaux magistrats à la Cour Suprême ont procédé, vendredi 11 août 2023, au palais présidentiel Ntare Rushatsi, à la prestation de serment devant le président de la République, Evariste Ndayishimiye. Ils ont été nommés par décret, le 25 juillet 2023 dernier.

Il s’agit de la présidente de la chambre judiciaire à ladite Cour, Mme Rose Nkorerimana et de huit juges à la même Cour, à savoir, Mme Modeste Baragengana, Mme Clotilde Bizimana, Mme Clarisse Kaneza, M. Laurent  Havyarimana , Mme Josiane Habonimana, M. Thomas Ntukamazina, M. Alexis Nkundwanimana et M. Déo Ntunzewenimana.

Le président de la République a tenu à prodiguer des conseils à ces nouveaux venus à la Cour Suprême en rappelant  que le pays a engagé une bataille contre l’injustice et en leur invitant à  faire leur cet engagement.

Selon le Président Ndayishimiye, lors des descentes du gouvernement, plus de 80% de la population révèlent que l’injustice et la pauvreté sont les principaux maux de la société. Pour M. Ndayishimiye, sans justice, il n’y a pas de développement.

Le président de la République a indiqué qu’il a fait sienne la lutte contre l’impunité. Il a malheureusement déploré que certains magistrats soient contre cette mesure. Ces derniers  ne font que perpétuer l’impunité alors que le pays s’est engagé à  lutter contre ce mal. La Cour Suprême est interpellée au soutien du chef de l’Etat dans ce combat contre l’impunité.

Le président Ndayishimiye a insisté sur le fait que le Burundi ne doit pas accepter d’être taxé de pays à impunité, par les Nations Unies. Il a appelé les magistrats de la Cour Suprême, « Etat-major général de la justice », à servir de modèle pour les autres Cours et tribunaux.

Pour y arriver il a rappelé que cette Cour a l’obligation de faire des inspections dans les autres Cours et tribunaux pour vérifier si elles travaillent suivant la loi et au cas contraire, rectifier le tir.

Les magistrats qui se rendent coupables de faute professionnelle doivent être punis, a insisté M. Ndayishimiye.  Il leur a encouragé de ne pas avoir peur de prendre de bonnes décisions même devant ceux qui se disent « au-dessus de la loi ».  Il a réitéré son soutien à cette Cour, dans l’application de la loi, sans exception aucune. Il a demandé la Cour suprême de prendre des stratégies pour la liquidation des dossiers, en commençant par l’exécution des jugements rendus et dont les appels ont été épuisés. Ensuite, la Cour Suprême  a été invitée à s’occuper minutieusement des jugements dont la mise en exécution a été contestée, pour terminer avec l’analyse des dossiers encore pendant en justice.

Le président de la République a souligné que c’est après la liquidation de tous ces dossiers que la population aura confiance à la justice. Cette liquidation est facilitée par la diminution des délits et le travail effectué par les notables collinaires, a précisé le président de la République.