• dim. Avr 21st, 2024

La Coopérative « Pépinière pour le Développement Complet »(PDCO) contribue dans l’auto-développement de ses membres

ByAdministrateur

Oct 18, 2023

BUJUMBURA, 9 oct (ABP) – La Coopérative Pépinière pour le Développement Complet contribue dans l’auto-développement des jeunes, a indiqué M. Thérence Sibomana, président du comité de gestion de cette coopérative, lors d’une interview qu’il a accordée à l’ABP, dans l’après-midi de vendredi le 6 octobre 2023.

Selon lui, la coopérative a commencé en 2021, avec comme activité, le groupement financier communautaire pour des crédits et épargnes. Il a expliqué qu’avec ce groupement financier communautaire, ils ont pu collecter de l’argent, avec lequel ils ont acheté une parcelle de 9 ares à Mitakataka, en pronvince de Bubanza.

Avec cette parcelle, a-t-il indiqué, « nous avons pu constituer une hypothèque qui nous a permis d’avoir un crédit de 20 millions à la CECM. Avec cet argent, nous avons pu acheter une autre parcelle à Tenga, zone Kinama et nous avons pu acheter d’autres parcelles à côté de celle de Mitakataka pour totaliser 36 ares. »

Avec cette espace, la coopérative a pu mettre en œuvre différents projets, notamment deux cabarets dont l’un se trouve à la parcelle de Tenga et l’autre à Carama où la coopérative à loué. Tous les deux cabarets, souligne-t-il, possèdent comme du matériel équivalent à 260 casiers, 71 chaises dont 60 chaises en plastiques et 11 en bois et 8 tablettes de comptoirs.

La coopérative a pu engager sept jeunes chômeurs qui travaillent dans ces cabarets. Cinq d’entre eux ont des diplômes universitaires (baccalauréats) et deux humanistes.

Le président dudit comité de gestion a aussi signalé que dans les 36 ares de Mitakataka en province de Bubanza, la coopérative envisage y construire une salle de réception, le hangar de stockage de riz, des moulins, des boutiques, l’élevage des lapins et des porcs et un point de service pour crédit et épargne.

Il a en outre indiqué que l’Etat leur a prêté un espace de cinq hectares à Gihanga, avec lequel ils ont commencé à cultiver du maïs, soja, courges. Ils prévoient y cultiver aussi du coton avec le mois de Janvier, a-t-il ajouté.

Il a profité cette occasion pour remercier le gouvernement du Burundi qui ne ménage aucun effort pour encourager les jeunes, à se regrouper dans des coopératives, afin de combattre le chômage. Il a aussi interpellé les jeunes qui croisent les bras sans rien faire, de se lancer dans des activités génératrices de revenus, quelles que soient les conditions de travail.

Signalons que ces jeunes qui forment cette coopérative, ont des niveaux et filières de formation différentes. Il y en a ceux qui ont des diplômes des humanités générales, techniques et universitaires