• mar. Avr 23rd, 2024

Ouverture officielle de la 4ème édition du forum de haut niveau des femmes leaders

ByAdministrateur

Oct 18, 2023

BUJUMBURA, 10 oct (ABP) – Le 1er ministre de la République du Burundi, Gervais Ndirakobuca, a procédé, lundi le 9 octobre 2023 à Bujumbura, à l’ouverture officielle de la 4ème édition du forum de haut niveau des femmes leaders. Ce forum a été organisé par l’office de la première dame pour le développement au Burundi (OPDD-Burundi), sous le thème central : « Contribution de la planification familiale pour l’atteinte d’un bon état nutritionnel et du dividende démographique ».

Dans son discours, M. Ndirakobuca tire la sonnette d’alarme quant au surpeuplement du Burundi. Il estime qu’au rythme actuel de reproduction, la démographie sera bientôt incontrôlable.

Selon lui, le surpeuplement conduit à l’insécurité alimentaire, ce qui constitue un frein au développement du pays car la population ne s’attelle pas activement aux travaux de développement. C’est ce surpeuplement qui est à l’origine des conflits sociaux et contribue à l’insécurité du pays, a indiqué M. Ndirakobuca. Et d’ajouter que le surpeuplement produit plus de consommateurs que de producteurs et cette situation constitue une menace de l’économie nationale.

La 1ère dame du Burundi

 

Le chef du gouvernement a également signalé que le pays est préoccupé par certaines familles qui vivent dans l’incertitude se demandant comment ils vont trouver de quoi manger, et par d’autres qui sont dans l’incapacité de se procurer une alimentation équilibrée. C’est pour cette raison que le président de la République a, dès son accession au pouvoir, mis en avant le slogan : « Que chaque bouche ait à manger et que chaque poche ait de l’argent », pour remédier cette situation.

A cet effet, Ndirakobuca a demandé aux femmes leaders de contribuer considérablement quant à la sensibilisation de la communauté vis-à-vis de la réduction des naissances et la planification familiale. Toutefois, a-t-il nuancé cette sensibilisation ne concerne pas seulement les femmes. Les hommes sont eux aussi concernés et doivent changer de comportement et de mentalités tout en sachant qu’ils sont le moteur de changement dans leurs familles.

Il a recommandé à toutes personnes qui pourraient contribuer à la planification familiale, d’être solidaires pour cette cause noble. Aux églises et aux journalistes, chacun en ce qui le concerne, le 1er ministre leur a recommandé d’apporter leur pierre angulaire quant à la réduction des naissances et à la planification familiale.

vue partielle des participants

La 1ère dame burundaise, Angeline Ndayishimiye a précisé que l’objectif global de ce forum est de contribuer à l’accélération des progrès vers l’atteinte d’un bon état nutritionnel et du dividende démographique à travers une utilisation accrue de la planification familiale.

Quant aux objectifs spécifiques, a-t-elle ajouté, ce forum de haut niveau des femmes leaders se focalise sur certains objectifs spécifiques notamment la mobilisation des femmes leaders et autres parties prenantes pour mieux percevoir les interrelations entre la santé, la démographie, la nutrition et le dividende démographique. Il y aura aussi le partage des expériences entre les pays en planification familiale, en sécurité alimentaire, en nutrition et en dividende démographique.

En outre, la première dame Ndayishimiye a indiqué qu’engager les femmes leaders et autres parties prenantes comme acteurs de changement en matière de planification familiale, levier important pour la maitrise de la croissance démographique, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle surtout pour les femmes, les adolescents et les enfants, figure parmi les objectifs de ce forum.

D’après elle, le Burundi qui se veut un pays émergent à l’horizon 2040, doit impérativement et préalablement maitriser la croissance démographique. Dans cette perspective, a-t-elle poursuivi, les femmes doivent jouer un rôle crucial.

Signalons que le forum de haut niveau des femmes leaders a vu la participation de trois premières dames celle du Rwanda, du Kenya et du Zanzibar, des amis du Burundi, les représentants régionaux des organisations du système des Nations unies et autres institutions régionales.