• lun. Avr 15th, 2024

La fondation Vénuste Niyongabo engagée à promouvoir la santé au Burundi

ByAdministrateur

Oct 19, 2023

GITEGA, 14 oct (ABP) – La Fondation Vénuste Niyongabo, en collaboration avec l’association italienne, amis de Béatrice, ont organisé, depuis jeudi, le 12 octobre 2023, à l’Institut Supérieur Paramédical de Gitega (centre du pays), une formation de deux jours à l’endroit du personnel de la santé de l’hôpital régional de Gitega, des Polycliniques Umugiraneza et Wakize et de l’hôpital de Ngozi.

Cette formation se basait sur les maladies chroniques non transmissibles et le modèle de soins chroniques. Il s’agit entre de l’hypertension artérielle, les maladies mentaux, le diabète sucré, etc.

                                                                                                                                                                          Photo de famille des participants

Le conseiller socioculturel du gouverneur de Gitega, Samuel Nininahazwe a salué cette initiative de ce Burundais vivant à l’étranger, visant à promouvoir la bonne santé pour tous. Il a interpellé d’autres membres de la Diaspora à lui emboîter le pas, afin de développer le pays. M. Nininahazwe a également interpellé ces médecins italiens à être de bons ambassadeurs du Burundi et à chercher d’autres bienfaiteurs qui peuvent venir aider dans différents secteurs de la vie nationale. A cette occasion, M. Vénuste Niyongabo a signalé qu’il va continuer ce projet, en amenant des spécialistes dans différents domaines, pour échanger des expériences avec des médecins Burundais. Il a signalé que son objectif est de promouvoir l’enseignement de qualité, la bonne santé pour tous et le développement intégral de l’homme avec une attention particulière, aux personnes vulnérables.

Il a, en effet, signalé que sa fondation jouie d’un partenariat avec le ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida.

Il a demandé aux bénéficiaires de cette formation de pratiquer ce qu’ils ont appris, afin de promouvoir la santé des patients.

Partant des estimations de l’organisation mondiale de la santé en 2018, Dr Claudio Pardini, dans son exposé a signalé que les maladies chroniques non transmissibles au Burundi sont responsables de 32% de tous les décès et le risque de décès prématuré entre 30 et 70 ans, dû à ces maladies, est de 23%.

Il a également signalé que ce rapport montre que les maladies chroniques non transmissibles sont également en constante augmentation en Afrique. C’est pour cette raison selon lui, qu’un nouveau modèle de soins basé sur une approche intégrale des patients chroniques est nécessaire. Signalons que 65 personnes qui ont suivi cette formation ont reçu des certificats