• mar. Avr 16th, 2024

Restitution des recommandations du Forum de haut niveau des Femmes Leaders

ByAdministrateur

Nov 29, 2023

GITEGA, 18 nov (ABP) – La première dame du Burundi et présidente de l’Office des premières dames pour le Développement au Burundi (OPDD), Mme Angeline Ndayishimiye a participé, vendredi le 17 novembre 2023 à Gitega (centre du pays) dans un atelier régional de restitution des recommandations du Forum de haut niveau des Femmes Leaders, 4ème édition.

Cet atelier a été organisé sous le thème: « Contribution de la planification familiale pour l’atteinte d’un bon état nutritionnel et du dividende démographique », a appris l’ABP sur place.

Dans son discours d’accueil, le gouverneur de la province Gitega, Venant Manirambona a remercié la première dame pour sa contribution efficace dans le domaine de la santé. Il a signalé que la démographie galopante est une réalité dans la province Gitega, et qu’il y a des hommes et femmes qui ne comprennent pas pourquoi l’utilisation des méthodes contraceptives dans la famille et d’autres l’ignore tenant compte des enseignements de leurs églises.

Le gouverneur de la province Gitega a également signalé que la jeunesse contribue eux-aussi dans cette augmentation de la population en mettant au monde des enfants sans être mariée, d’où certains enfants sont jetés dans les rues ou brousses par leurs mères.

Il a interpellé les administratifs à réunir distinctement les hommes et femmes afin de dialoguer sur la limitation des naissances en utilisant des méthodes appropriées, car selon lui, la population augmente du jour au jour, mais la superficie du pays reste la même.

                                                                                                      vue partielle des participants

Prenant la parole, la première dame du Burundi a avoué que la démographie galopante est une réalité au Burundi et que celle-ci empêche des fois le développement de la famille en particulier et du pays en général.

Elle a en outre signalé que cette démographie galopante constitue un défi majeur de l’environnement et cause l’augmentation des cas de vols et autres genres de malfaiteurs dans la communauté. Elle cause également la malnutrition dans certaines familles.

Dr Fidèle Njezabahizi a signalé que le rapport de l’organisation mondiale de la santé (OMS) en 2022 montre qu’à l’échelle mondiale, 45 millions d’enfants, soit 6,8% étaient menacés par la malnutrition et que 148,1 millions d’enfants de moins de cinq ans, soit 22,3% présentaient un retard de croissance.

C’est pour cette raison que la première dame a interpellé les femmes leaders des provinces Gitega, Mwaro, Muramvya et Karusi, présentes dans cet atelier à programmer leurs naissances dans l’objectif de mettre au monde des enfants que leurs familles peuvent prendre en charge convenablement. Elle leur a appelé à sensibiliser d’autres femmes afin de limiter les naissances.

Dr Ananie Ndacayisaba, directeur du programme national de santé de la reproduction (PNSR), a signalé que 30% des femmes veulent utiliser des méthodes contraceptives pour la limitation des naissances mais ne parviennent plus à le faire selon plusieurs contraintes. Il a signalé que l’âge de la femme, le sexe des enfants déjà mis au monde, la région, la résidence, le niveau d’éducation de la fille, le statut socio-économique de la famille, le nombre d’enfants voulus par l’homme, le décès d’enfants dans la famille, etc constituent des principaux facteurs de prédisposition aux besoins non satisfaits en planification familiale.

Mme Angeline Ndayishimiye n’a pas oublié de pointer le doigt sur certains centres de santé dénommé amis des jeunes qui invitent les jeunes filles en âge de scolarité à utiliser des méthodes contraceptives alors qu’elles ne sont pas mariées. Elle leur a rappelé qu’à part une grossesse non désirée, il y a d’autres maladies contagieuses comme le Sida qui peuvent nuire leur vie.

La première dame a interpellé ces centres de santé à multiplier des séances de sensibilisation à l’endroit de ces filles, car dit-elle, c’est étonnant que la maman et sa fille se rencontrent au centre de santé pour avoir des méthodes contraceptives.

Les femmes leaders issus de ces provinces ont également remercié la première dame pour son initiative de développer la santé de la population afin que le Burundi soit un pays émergent en 2040 et un pays développé en 2060. Ces femmes ont souhaité que ces sensibilisations soient organisées au niveau collinaire afin que toutes les femmes sachent les objectifs du gouvernement.