• dim. Avr 21st, 2024

Déclaration de l’ONPGH à l’occasion de la célébration du 75ème anniversaire de l’adoption de la convention des Nations Unies contre le génocide

ByAdministrateur

Déc 18, 2023

BUJUMBURA, 8 déc (ABP) – L’Observatoire National pour la Prévention et l’Eradication du Génocide, des Crimes de Guerres et des Autres Crimes contre l’Humanité (ONPGH), a sorti une déclaration, le 8 décembre 2023, à l’occasion de la célébration du 75ème anniversaire de l’adoption de la Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide.

Cette journée est célébrée tous les 9 décembre de chaque année. M. Jean de Dieu Mutabazi, le président de l’ONPGH a condamné sans réserve le langage de haine ethnique utilisé par certains réfugiés, Burundais exilés notamment au Canada et aux Etats-Unis, tout en demandant à la justice burundaise, de sévir à leur endroit, et exiger leur extradition.

M. Mutabazi a interpellé le gouvernement à adopter solennellement deux déclarations du parlement stipulant que les violations massives des droits de l’homme ou les crimes d’atrocité de masse commis au Burundi pendant la période de 1972-1973 constituent un génocide contre les Bahutu du Burundi.

Pour que ces évènements ne puissent plus se produire, Il a appelé tous les leaders religieux, de la société civile, des partis politiques ainsi que les institutions de la République, d’intervenir.

D’après lui, le caractère atroce des crimes de masse de 1972-1973 constituent un génocide contre les Bahutu du Burundi et des crimes contre l’humanité des Bahutu, des Batutsi du sud, le long du littoral du lac Tanganyika et les Batwa des provinces Muramvya et Mwaro.

M. Mutabazi demande aussi à la Cour suprême de contribuer dans la réparation morale des victimes et des rescapés des crimes de masse. Il interpelle les Nations Unies à honorer ses promesses de l’appuyer dans ses activités, tout en espérant que dans un avenir très proche, les Nations Unies pourront reconnaitre le génocide des Bahutu du Burundi de 1972-1973. Par ailleurs, il a proposé que le 29 avril de chaque année soit une journée dédiée à leur mémoire. Il a clôturé ses propos en adressant sa gratitude au Gouvernement pour son appui dans l’accomplissement de sa mission de consolidation de la paix, de renforcement de la cohésion sociale, de prévention de tout acte de génocide et la lutte contre les discours de haine.