• ven. Avr 19th, 2024

Clôture de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre

ByAdministrateur

Déc 19, 2023

CIBITOKE, 13 déc (ABP) – La clôture de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (VBG) a été organisée le 12 décembre, au chef-lieu de la province Cibitoke, par la direction provinciale de développement familial et social (DPDFS), en collaboration avec l’ONG World Vision.

Au menu de cette activité, des échanges sur la situation des VBG dans la province Cibitoke ont eu lieu et des engagements ont été pris, pour prévenir et mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles.

Le chef de cabinet du gouverneur M. Anicet Saïdi, qui a prononcé le mot d’ouverture de la séance, a appelé tout acteur de faire sien le combat contre les VBG, qui constituent des barrières au développement durable, et de mettre au profit de la population, les acquis de la campagne de 16 jours d’activisme contre les VBG.

Les participants ont renouvelé leurs engagements pour lutter contre les VBG, en poursuivant surtout les sensibilisations contre toutes les formes de violences basées sur le genre. Dans cette province où le concubinage fait parler de lui, des recommandations ont été émises pour éliminer les VBG. Il s’agit notamment de  l’adoption d’une loi obligeant l’homme en union illégale avec plus d’une femme de choisir sa première femme lors de la régularisation de son mariage à l’Etat civil. Ce qui n’était pas le cas selon les textes et lois burundais stipulant que le mariage est l’union volontaire entre l’homme et la femme, d’après les propos d’un magistrat.

A l’intention des parents, les participants ont recommandé le retour au dialogue avec les enfants autour du foyer, prendre au même pied d’égalité les garçons et les filles et les sensibiliser à lutter contre les VBG. Ils ont recommandé aussi de traduire en justice les auteurs des VBG, mettre en exécution les décisions contre les auteurs des VBG et la mise sur pied de la police des mineurs qui traque les violeurs des mineurs.

Cependant, en cette province, beaucoup de choses restent à faire dans la lutte contre les VBG. Cela se concrétise par 490 cas de VBG (toutes les formes confondues) qui ont été enregistrés depuis janvier à octobre 2023, par la DPDFS. Autre chose, le problème de demandes de divorce est aussi criant, car depuis 2016, plus de 1000 procès de demandes de divorce ont été enregistrés au tribunal de grande instance (TGI), avec plus de 300 cas en commune Buganda et plus de 250 cas en commune Rugombo, d’après le juge président du TGI Sylvestre Mukeshimana.