• mar. Avr 23rd, 2024

Le projet de décret portant statuts de la Société pétrolière du Burundi a été adopté lors du Conseil des ministres du 3 janvier 2024 

ByAdministrateur

Jan 9, 2024

BUJUMBURA, 8 jan (ABP) – Le Conseil des ministres s’est réuni mercredi le 3 janvier à Gitega (centre du Burundi) sous la présidence du chef de l’Etat, M. Evariste Ndayishimiye.

Parmi les points qui ont été analysés figurent le projet de décret portant statuts de la Société pétrolière du Burundi, qui a été présenté par le ministre de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines, M. Ibrahim Uwizeye, selon le communiqué lu par le Secrétaire général de l’Etat, M. Jérôme Niyonzima

Dans ce communiqué, il est rappelé que depuis un certain temps, le pays subit des perturbations dans les approvisionnements en carburant. L’une des causes est l’absence d’un organe public à même de centraliser les approvisionnements du pays pour une gestion rationnelle des fonds destinés à l’importation du carburant. Les sociétés privées intervenant dans ce secteur ont aussi une capacité financière limitée et doivent recourir à la Banque centrale. Malheureusement, certaines de ces sociétés n’utilisent pas l’entièreté des devises reçues pour l’importation du carburant, ce qui cause des pénuries répétitives. Malgré toutes les mesures déjà prises par le gouvernement, les résultats ne sont pas jusqu’ici satisfaisants.

Pour y remédier, ce projet de décret stipule la création d’une société publique exclusivement chargée des produits pétroliers et permettant au gouvernement de pouvoir constituer le stock stratégique du carburant.

Après échange et débat, le projet a été adopté avec certaines observations et recommandations. Il faut reformuler le titre du projet de décret pour faire ressortir les aspects « création, missions, organisation et fonctionnement » de cette société. Il faut aussi exprimer le capital social de la société en Francs burundais, préciser que la Société pétrolière est chargée de la coordination des opérations d’importation, du transport, du stockage, de la distribution, de la commercialisation et de la réexportation des produits pétroliers, gaziers et leurs dérivés. Il faut aussi revoir la composition du conseil d’administration en y insérant notamment un représentant des importateurs des produits pétroliers, préciser aussi que les ressources de la Société proviennent du seul capital libéré par l’Etat.

L’autre point analysé au cours du même Conseil des ministres est le projet de révision du décret portant missions, organisation et fonctionnement du ministère de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines, qui a été présenté par le ministre Uwizeye. La principale motivation de la mise à jour dudit décret est la création d’une société chargée de garantir l’approvisionnement du pays en produits pétroliers « Société pétrolière du Burundi » pour l’intégrer dans les structures qui relèvent du ministère. Après échange et débat, le projet de décret a été adopté avec quelques recommandations. Il faut préciser le cahier de charges des différents conseillers qui prestent au sein des cellules du secrétariat permanent, ainsi que la taille réelle du personnel existant et sans projection de remplacement des départs. Il faut également préciser que l’Inspecteur général est nommé par décret, sur proposition du ministre ; et que l’Inspection générale comprend trois inspections principales coiffant les trois secteurs principaux, à savoir l’eau potable et l’assainissement de base, l’énergie, les mines, les carrières et les hydrocarbures.

Vue partielle des membres du Gouvernement