• lun. Fév 26th, 2024

Réception d’un don de 20 ambulances médicalisées au ministère en charge de la Santé publique

ByAdministrateur

Fév 7, 2024

BUJUMBURA, 6 fév (ABP) – Le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida a reçu mardi le 6 février 2024 un don de la part de la Banque mondiale au Burundi constitué de 20 ambulances médicalisées destinées aux hôpitaux, dont 3 hôpitaux nationaux et 20 autres du district de l’intérieur du pays.

Le délégué de la représentante résidente de la Banque mondiale au Burundi, M. Omer Zang a, dans son discours de circonstance,  fait savoir que ce don cadre dans le projet Covid-19 au Burundi. Il a ainsi demandé au ministère en charge de la Santé publique de prendre avec soin ces équipements et de les renouveler.

Prenant la parole, le ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida, Dr Lydwine Baradahana, a indiqué que

le gouvernement du Burundi a reçu un don de 60.000.000 USD comme financement additionnel de la Banque mondiale pour répondre à la pandémie de Covid-19. Suite à la régression de l’épidémie au niveau mondial, a-t-elle poursuivi, le pays a sollicité une restructuration du projet qui a conduit à l’identification de nouvelles activités pour le renforcement du système de santé, d’où l’achat de 100 ambulances pour améliorer le système de référence et contre référence.

Dr  Baradahana a précisé que ces 20 ambulances ont une valeur de trois milliards cent quatre-vingt-quatre mille neuf cent trente-deux-mille de Francs Burundais (3.184.932.2000 FBu), soit 1.111.  520 USD. Trente autres ambulances vont bientôt être livrées car le fournisseur a déjà initié le processus de leur dédouanement, a-t-elle souligné.

Ces ambulances seront gérées de façon digitalisée afin de suivre chaque mouvement, à chaque instant, a signalé le ministre Baradahana, ajoutant que leurs utilisateurs ont bénéficié de l’appui de « Kira Hospital » en termes de formation pour leur utilisation.

Dr Baradahana en a profité pour interpeller les services utilisateurs de ces ambulances de les gérer en bon père de famille, précise-t-on.