• mar. Avr 23rd, 2024

Sensibilisation des leaders d’opinion burundais sur la vision 2040-2060

ByAdministrateur

Fév 28, 2024

GITEGA, 24 fév (ABP) – La Synergie Belgo-burundaise pour le développement (BEL-BURUNDI) et l’organisation non gouvernementale Burundi an Women for peace and development (BWPD), en collaboration avec le Netherlands Institute for Multiparty Democracy (NIMD), a organisé du 22 au 23 février 2024 à Gitega (centre du pays), un premier colloque national des leaders d’opinion burundais sur la cohabitation pacifique, la considération de la paix pour une démocratie inclusive et le développement économique du Burundi, a appris l’ABP sur place.

Ont pris part dans ce colloque, le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique M. Martin Niteretse, l’ancien président du Burundi, M. Domitien Ndayizeye, l’archevêque de Gitega, Mgr Bonaventure Nahimana, l’ambassadrice du Royaume du Pays Bas, les responsables des partis politiques agréés au Burundi et autres.

Dans son discours d’ouverture solennelle de ce colloque, le ministre Niteretse a fait savoir que la participation de ces différents cadres dans ce forum est un signe qui ne trompe pas de leur volonté d’être à côté du Gouvernement pour engager tous les Burundais dans la marche collective vers la réalisation de la nouvelle vision d’un Burundi émergeant en 2040 et développé en 2060.

Il a signalé que ce premier forum des leaders d’opinion a des objectifs spécifiques qui visent à instaurer un cadre d’analyse profonde et objective entre les leaders d’opinion pour assurer au pays une bonne stabilité et un développement bien raisonnée ; à formuler des stratégies pour fédérer la population autour de la vision commune d’un pays paisible et développé ; à inventorier et prioriser les défis pour réaliser la vision d’un Burundi émergeant en 2040 et développé en 2060 ; à arrêter une feuille de route pour un environnement favorable aux élections de 2025 et 2027 ; et à mettre sur pied un cadre de suivi fonctionnel des résultats du colloque.

Vue partielle des participants

D’après le ministre Niteretse, ce colloque a été bénéfique pour tous, à commencer par les acteurs sociopolitiques engagés d’une manière ou d’une autre dans le développement multiforme du pays à la tête desquels se trouve le Gouvernement, d’où ce dernier, selon lui, espère obtenir des contributions utiles pour la préparation des prochaines élections et la réalisation de la nouvelle vision pour le Burundi.

Avant de clôturer, les participants à ce premier colloque ont recommandé qu’il y ait la sauvegarde de la vérité dans l’expression des opinions, le partage des débats sur les principes de gestion du pays et sa gestion effective, ainsi que la lecture de façon critique des différents textes organisant les élections.

Ils ont également demandé à l’endroit des organisateurs de ce colloque de faire fonctionner le comité de suivi-évaluation des résultats du colloque, à mettre en place secteur par secteur au besoin, d’organiser dans les meilleurs délais d’autres sessions pour approfondir la vision 2040-2060, d’organiser des débats sur la cohésion sociale nationale, le leadership responsable, la qualité du leadership politique, le nouvel ordre de gouvernance au Burundi et le modèle de croissance économique au Burundi, et d’associer les opérateurs économiques, les acteurs engagés dans le développement et les enseignants dans les prochains colloques.

Les participants dans ce colloque ont également recommandé aux citoyens burundais de changer de mentalité, de promouvoir l’identité nationale et la citoyenneté responsable pour mieux servir le pays en tout temps et en tout lieu, de faire passer l’être burundais avant tout autre partisan, de se déterminer personnellement et collectivement à changer de mentalité dans la manière de concevoir comment gérer l’État et de se focaliser, non sur les évènements malheureux que le pays a connus, mais plutôt sur les opportunités occasionnelles en avenir radieux au pays.

Ils leur ont en outre recommandés de s’engager à réunir ensemble comme citoyen du même pays, de faire passer les compétences avant le militantisme dans la gestion de l’État, de promouvoir la gestion rationnelle du temps notamment dans l’exercice de leurs fonctions, de développer l’empathie pour garantir une cohabitation pacifique, de s’organiser convenablement comme parti ou coalition de partis pour pouvoir bien participer aux élections, etc.

Signalons que l’ancien président du Burundi, au nom des participants, a remercié les organisateurs de ce colloque de les avoir rassemblés pour donner leur contribution dans le développement du pays. Le ministre en charge de l’intérieur a quant à lui suggéré que ce genre de colloque soit organisé chaque mois au lieu d’une fois en trois mois si les moyens le permettent.