• ven. Avr 19th, 2024

Visite guidée aux sites de mémoire du génocide de 1972-1973

ByAdministrateur

Mar 5, 2024

GITEGA, 2 mars (ABP) – La Commission Vérité et Réconciliation (CVR), a organisé, vendredi le 1er mars, une visite guidée à l’endroit des députés de l’assemblée nationale du Burundi aux sites de mémoire du génocide de 1972-1973. Il s’agit des sites de Mashitsi en commune Giheta de la province Gitega (centre du pays) et Ruvubu sur la colline Bukirasazi de la commune Shombo en province Karusi, a constaté l’ABP sur place. Cette délégation des députés était conduite par le 1er vice-président de l’assemblée nationale, Dr Sabine Ntakarutimana et le 2ème vice-président, M. Abel Gashatsi. Ils ont été accueillis par le président de la CVR, M. Pierre Claver Ndayicariye.

Cette visite a débuté au centre d’enseignement des métiers dans la ville de Gitega (capitale politique) où les vestiges qui ont été découverts par la CVR sont actuellement conservés de façon provisoire. Puis, les députés se sont dirigés vers le site de Mashitsi où ils ont constaté quatre fosses communes dans lesquelles la CVR a excavé 1761 victimes. Après, ils se sont dirigés vers le site du pont Ruvubu qui est un site emblématique du génocide de 1972 contre les Bahutu. Là, les députés ont constaté huit fosses communes dans lesquelles la CVR a exhumé 7.348 victimes. A ces effectifs s’ajoute une bonne quantité d’os broyés par la machine bulldozer suite au compactage lors de leur ensevelissement, a indiqué M. Ndayicariye.

Le président de la CVR a signalé que toutes les fosses communes excavées aux abords de la Ruvubu et à Mashitsi ont été creusées par des machines excavatrices qui traçaient la route nationale Nº 2 « RN12 » reliant Bugarama et Gitega, car les traces des dents de leurs pelles étaient encore visibles sur les parois des fosses.

Il a en outre signalé que des personnes ont été jetées dans ces fosses communes de façon superposée et ont été écrasées car ces machines excavatrices après qu’une benne ait versé de la latérite sur ces victimes. M. Ndayicariye a également signalé que selon les témoignages recueillis par la CVR, les personnes jetées dans le site de Ruvubu venaient des provinces actuelles de Gitega, Karusi, Mwaro, Muramvya, Ngozi, Muyinga, Kirundo et ailleurs comme la ville de Bujumbura.

Les natifs de la région centre étaient appréhendés et conduits à la prison centrale de Gitega avant d’être transportés dans les fosses communes situées sur la Ruvubu ou en commune Giheta dans les fosses communes de Nyambeho, Mutobo, Mashitsi et Nyabunyovu, a-t-il précisé.

Le président de la CVR a demandé aux députés de faire le plaidoyer afin que cette commission ait un endroit approprié pour conserver tous les ossements excavés dans tout le pays, de construire un musée de mémoire pour ces victimes, de doter à la CVR des moyens suffisants et du personnel qualifié pour l’exécution de nouvelles tâches qui relevaient de la compétence de la CNTB mais aussi de protéger les espaces dans lesquelles la CVR a exhumé ces restes humains, car selon Ndayicariye, « les Burundais devons apprendre à écouter les morts ».

Le 1er vice-président de l’assemblée nationale a salué le pas déjà franchi par la CVR dans la recherche de la vérité sur différentes tragédies que le pays a traversées. Elle a souhaité que cette commission ait de moyens suffisants pour continuer ce travail. Il a indiqué que toutes les préoccupations exprimées par la CVR seront transmises au président de l’assemblée nationale afin de voir comment trouver des réponses. Signalons que le marquage et la protection du site de Mashitsi et celui de Ruvubu ont été réalisés avec des arbres-mémoires à savoir les ficus, les érythrines et autres comme ibitongati, inganigani, umukoni, etc., conformément à la culture burundaise. On a également planté du gazon de protection sur les bordures des fosses communes exhumées.