• lun. Avr 22nd, 2024

Tenue d’une conférence scientifique dénommée Umukenyerarugamba Day, 3ème édition

ByAdministrateur

Mar 17, 2024

BUJUMBURA, 15 mars (ABP) – La première Dame du Burundi, Mme Angeline Ndayishimiye s’est associée, le 13 mars 2024, à Bujumbura, aux femmes Bakenyerarugamba, dans une conférence scientifique dénommée Umukenyerarugamba Day, de deux jours, organisée par le parti  CNDD-FDD, en prélude à la 3ème édition sous le thème : « Bakenyererarugamba, ta contribution dans l’augmentation de la production est indispensable pour un Burundi, pays émergent en 2040 et pays développé en 2060 ». Cette conférence était axée sur le rôle déterminant que les femmes du parti CNDD-FDD sont appelées à  jouer dans la mise en œuvre rapide et concrète de la vision du président de la République, de voir le Burundi émergent en 2040 et développé  en 2060. Plusieurs délégations étrangères étaient invitées pour partager les expériences.

Dans son mot de circonstance, la première Dame a remercié les dirigeants  du CNDD-FDD d’avoir réuni les femmes Bakenyerarugamba pour continuer à échanger les idées et discuter des plans pour amener le Burundi au développement.

Concernant la propreté dans tout le pays du Burundi, elle a rappelé qu’une femme joue un rôle important dans la sensibilisation sur l’hygiène dans leurs communautés respectives. Pour faire l’hygiène partout dans le pays, la première dame a souligné qu’ils vont lancer un projet d’élimination des déchets dans toutes les provinces du pays dénommé zéro déchet, soutenu par les Nations Unies, qui sera lancé au Burundi le 19 mars  de cette année. Elle a appelé les Bakenyerarugamba de prendre le devant des autres femmes pour  soutenir ce projet.

Dans le domaine de la richesse, Mme Ndayishimiye a appelé toutes les femmes burundaises de penser comment on peut transformer les déchets en d’autres produits importants car, a-t-elle ajouté, dans les déchets plastiques, on peut avoir des dallettes, des carreaux et d’autres produits importants. Elle a aussi apprécié les femmes pratiquant l’agriculture des cultures (imbumbarugo), similaires à celles qui ont disparu au Burundi, mais elle les a conseillés de ne pas cultiver pour leur consommation seulement mais pour  transformer en d’autres produits pouvant être exportés

Pour soutenir le développement durable du pays, toutes les femmes devront combattre quel que soit  leur statut, a-t-elle souligné.

Pour sa part, le secrétaire général du parti CNDD-FDD, Réverien Ndikuriyo a fait remarquer qu’aucun développement n’est possible sans personnes en bonne santé. Il a aussi déclaré que donner la naissance à des nombreux enfants nuit la santé de la mère et ralentit le développement du pays en général et de la famille en particulier. De plus, a-t-il déclaré, si vous donnez naissance à trois enfants au plus, vous ne manquerez pas de quoi à les  nourrir et vous resterez en bonne santé jusqu’à  80 ans.

La première Dame du Burundi et l’ancienne première dame (au premier plan)