• lun. Mai 20th, 2024

Commémoration du 30ème anniversaire de la mort de feu président Cyprien Ntaryamira

ByAdministrateur

Avr 9, 2024

BUJUMBURA, 8 avr (ABP) – Le Burundi a commémoré samedi le 6 avril le 30ème anniversaire de l’assassinat de feu président Cyprien Ntaryamira, décédé en 1994 dans le crash d’un avion sur l’aéroport de Kanombe à Kigali, au Rwanda.

En mairie de Bujumbura, les cérémonies, auxquelles participaient le président de la République, les membres du corps diplomatiques et d’autres dignitaires du pays, ont débuté par une messe célébrée à la Cathédrale Regina Mundi.

L’archevêque de Bujumbura, Mgr Gervais Banshimiyubusa, qui présidait la  messe, a insisté sur la foi chrétienne de feu président Ntaryamira, a appelé les chrétiens à être des partisans du bien comme le voulait feu président.

Les cérémonies se sont poursuivies à la Place des martyrs de la démocratie où il y a eu le dépôt des gerbes de fleurs sur la tombe du défunt président. Le couple présidentiel a été le 1er à déposer les gerbes de fleurs, suivi par les membres du corps diplomatique ainsi que la famille de feu président Ntarayamira. Les partis politiques, à savoir le CNDD-FDD et la famille politique du défunt président, le Sahwanya-FRODEBU, ont également déposé des gerbes de fleurs sur la tombe de feu Ntaryamira.

L’assistance a, par la suite, suivi le discours de feu président Ntaryamira qu’il a prononcé le 5 février 1994 lors de son investiture. Il s’était engagé à rétablir l’ordre dans le pays ravagé par une crise sans précédent. Son projet de société se résumant à rétablir la discipline dans tous les secteurs de la vie nationale, il voulait le respect intégral des droits de l’homme.

Feu président Cyprien Ntaryamira, de retour d’Arusha où il participait aux pourparlers de paix, a été assassiné avec 2 de ses proches collaborateurs. Il s’agit de M. Bernard Ciza, alors ministre d’Etat à la Planification au développement et à la Reconstruction, et M. Cyriaque Simbizi, ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement. Les familles de ces derniers leur ont également rendu hommages en déposant des gerbes de fleurs sur leurs tombes.

En province Gitega (centre du Burundi), les cérémonies, présidées par le gouverneur de province, M. Venant Manirambona, ont débuté par une célébration eucharistique à la paroisse Saint Sacrément de Rukundo se trouvant dans le centre urbain de Gitega.

Se basant sur l’évangile selon Saint Marc, le prédicateur circonstanciel a recommandé à tous ceux qui ont une portion de pouvoir de conduire le peuple dans le chemin de  promotion de la dignité humaine.

Après la messe, la population a effectué une marche jusqu’au monument dédié à l’unité nationale où s’est déroulé le reste des festivités. Il y a eu d’abord le dépôt des gerbes de fleurs successivement par le gouverneur de province, l’administrateur communal de Gitega et les représentants des partis politiques, tels le CNDD-FDD, l’UPRONA, l’APDR, le CNL et la fédération du parti Sahwanya-FRODEBU. Ensuite, il y a eu l’écoute in extenso du discours que feu président Ntaryamira a prononcé lors de son investiture.

En substance, ce discours interpelait la population à l’enterrement de la hache de guerre pour bâtir la cohésion entre les trois composantes sociales burundaises, à savoir les hutu, tutsi et les twa. Pour y arriver, feu président Ntaryamira préconisait la restauration de la discipline dans tous les secteurs de la vie nationale, citant entre autres l’armée, l’éducation, le milieu de travail et les partis politiques. Pour lui, c’était une meilleure stratégie de ramener la justice sociale rompue à la suite de l’assassinat de son prédécesseur et le cortège de malheurs qui s’en est suivi.

En province Cibitoke (nord-ouest du Burundi), les cérémonies du jour, présidées par le gouverneur de province, ont débuté par une prière œcuménique, suivie du dépôt de gerbes de fleurs.

A côté de l’administration, du forum des femmes, et du forum des jeunes, cinq partis politiques ont été représentés, dont le CNDD-FDD, le FRODEBU, l’UPRONA, le CNL et l’APDR.

Les participants, qui ont suivi le discours prononcé par l’illustre disparu lors de son investiture, continuent d’apprécier ses bons conseils.

En province Bururi (sud-ouest du Burundi), les cérémonies marquant cette journée, présidées par le gouverneur de province, Léonidas Bandenzamaso, ont débuté par une messe qui a été célébrée par l’évêque du diocèse catholique de Bururi, Mgr Salvator Niciteretse.

Après la messe, les festivités se sont poursuivies au monument de l’indépendance situé au chef-lieu de la province. Les participants ont suivi attentivement le discours du président Cyprien Ntaryamira lors de son investiture.

Le gouverneur Bandenzamaso a demandé aux habitants de sa province de se respecter mutuellement dans leurs diversités ethnique, religieuse et politique. Il a exhorté la population, surtout les administratifs, à toujours travailler pour une bonne cohabitation et renforcer la cohésion sociale entre les communautés.

Il est à souligner que les partis politiques CNDD-FDD, UPRONA, Sahwanya-FRODEBU et l’administration provinciale ont déposé des gerbes de fleurs.

En province Bubanza (nord-ouest du Burundi), les festivités ont eu lieu au chef-lieu de la commune Bubanza.

Seuls quatre partis politiques ont déposé des gerbes de fleurs au monument de feu président Cyprien Ntaryamira, à savoir le CNDD-FDD, le Sahwanya-FRODEBU, le RANAC et l’APDR.

Dans son allocution, le gouverneur de province, M. Cléophas Nizigiyimana, a appelé les habitants à rester de bons héritiers du président Ntaryamira, en renforçant la discipline dans leurs secteurs respectifs. Il les a invités au changement de mentalités et à s’approprier la vision du Burundi émergeant en 2040 et développé en 2060, en travaillant dans la complémentarité pour le développement de leurs ménages et de leur patrie.

A noter que les festivités ont débuté par une prière à la cathédrale Christ Roi de Bubanza où le prêtre a demandé aux chrétiens de toujours garder espoir quant à l’aboutissement de leurs divers visions et projets car, a-t-il dit, même Jésus a vaincu la mort. Il leur a également demandé d’œuvrer pour la paix et l’amour du prochain.

En province Kirundo (nord du Burundi), les cérémonies ont débuté par une messe célébrée à la paroisse de Kanyinya.

Dans son homélie, le curé de cette paroisse, l’abbé Jean Baptiste Bigirimana, a demandé aux catholiques, surtout les fonctionnaires, de suivre l’héritage du président Ntaryamira qui voulait que tous les travailleurs et fonctionnaires soient caractérisés par la discipline en vue d’assurer la paix et, par conséquent, développer le pays.

Après la messe, les participants se sont dirigés au monument de l’indépendance où il y a eu le dépôt des gerbes de fleurs fait respectivement par les représentants de l’administration, de la justice et des forces de l’ordre, ainsi que les partis politiques, à savoir le CNDD-FDD, l’UPRONA, le FRODEBU, le FNL et l’APDR.

Par la suite, on a suivi le discours du président Cyprien Ntaryamira lors de son investiture en 1994.

Signalons que les cérémonies ont été rehaussées par le ministre en charge de la Défense nationale, M. Alain

Tribert Mutabazi, et le gouverneur de Kirundo, Colonel de police Victor Segasago.

En province Mwaro (centre-ouest du Burundi), les cérémonies ont débuté par une messe de requiem à la paroisse Saint Léonidas de Mwaro.

Dans sa prédication, le curé de cette paroisse a appelé toute personne à être fière de  ce qu’elle est, prêcher l’amour, travailler et servir les autres pour laisser un bon héritage dans la société.

Les cérémonies se sont poursuivies par le dépôt des gerbes de fleurs au monument du cinquantenaire, qui a été effectué par l’administration provinciale, tous les administrateurs des communes de la province Mwaro et les partis politiques œuvrant dans cette province (CNDD-FDD, FRODEBU, UPRONA, CNL, APDR et UPD).

Après l’écoute du discours de feu président Ntaryamira, le gouverneur de province, le Col Gaspard Gasanzwe, a invité tout un chacun de prôner la discipline au milieu du travail comme le souhaitait président Ntaryamira. Il a ajouté que la discipline va de pair avec le développement.

En province Rumonge (sud-ouest du Burundi), les festivités ont débuté par une messe en sa mémoire célébrée à la paroisse Mère de l’Assomption de Rumonge.

Après la messe, la population, guidée par le gouverneur de province, M. Léonard Niyonsaba, a effectué une marche vers le monument de l’unité sis au chef-lieu de la province Rumonge où se sont déroulées d’autres cérémonies.

Les gerbes de fleurs ont été déposées par les autorités administratives, à savoir le gouverneur de province et l’administrateur de la commune Rumonge, suivies par les représentants provinciaux des partis politiques agréés.

Les cérémonies ont été clôturées par l’écoute du discours du président Ntaryamira lors de son investiture et le discours du gouverneur de la province Rumonge, qui a interpellé ses administrés à être marqués par la discipline dans leur vie quotidienne comme le préconisait feu président Cyprien Ntaryamira.

En province Bujumbura (ouest du Burundi), la population, les autorités communales et provinciales se sont donnés rendez-vous en commune Kabezi pour commémorer le 30ème anniversaire de la mort du président Cyprien Ntaryamira, natif de cette province, a constaté l’ABP sur place.

Les cérémonies, qui revêtaient un caractère provincial, ont débuté par une messe qui a été officiée par le curé de la paroisse Kabezi, l’abbé Sylvère Ntasumbuyange, avant de se poursuivre au monument dudit  président.

Des gerbes de fleurs ont été déposées par le cabinet du gouverneur, la commune Mugere, les partis politiques comme le CNDD-FDD, l’UPRONA, le FRODEBU, l’APDR et le CODEBU.

Les participants ont écouté le discours du président Ntaryamira qu’il a présenté aux Burundais le jour de son investiture.

Le gouverneur de province, M. Désiré Nsengiyumva, a fait savoir que feu président Ntaryamira mettait en avant la discipline parce que le Burundi était en désordre. La discipline avait manqué et l’anarchie régnait partout dans le pays, a-t-il dit.

Se basant sur l’effectif des participants qui étaient peu nombreux auxdites cérémonies, le gouverneur Nsengiyumva a dit que la discipline ne se fait plus valoir, appelant les gens à s’astreindre de cette dernière. Il a signalé que les Burundais ont, devant eux, la vision 2040-2060, appelant tout un chacun à s’en approprier et voir son rôle à jouer et travailler d’arrache-pied en vue d’avoir de quoi mettre sous la dent et de l’argent à mettre en poche dans l’objectif de réaliser la vision d’avoir un Burundi émergeant en 2040 et développé en 2060.

En province Kayanza (nord du Burundi), les cérémonies ont débuté par une messe célébrée à la paroisse Christ Roi du chef-lieu de la province pour se poursuivre avec le dépôt des gerbes de fleurs au monument des héros de l’indépendance et de la démocratie.

Après l’écoute du discours prononcé par feu président Ntaryamira à travers lequel il mettait en avant la discipline et le respect des droits humains, le gouverneur de Kayanza, le colonel Rémy Cishahayo, a mis en garde les commerçants qui veulent s’enrichir sur le dos de la population en achetant sa production à des prix modiques. Il a signalé que ceux qui seront appréhendés en paieront les pots cassés. Il a également fustigé l’attitude de certains fonctionnaires de l’Etat qui ne respectent pas les heures de travail, soit en se rendant au travail après un certain temps de retard ou en rentrant avant l’heure. Il a ainsi invité les administrateurs communaux et les chefs de services provinciaux à servir de modèles dans la mise en application de cette mesure.

En province Rutana (sud-est du Burundi), les cérémonies ont débuté par une messe de requiem qui s’est tenue à la cathédrale Saint Joseph et se sont poursuivies au monument de l’unité érigé au chef-lieu de ladite province, où des gerbes de fleurs ont été déposées.

Dans son discours à la population, le gouverneur de province, M. Olivier Nibitanga, a appelé les habitants du centre-ville de Rutana et les responsables des institutions basées sur des routes où des caniveaux sont bouchés, au curage de ceux-ci, dans le but de protéger le quartier Kigwati du centre-ville contre les eaux de pluies qui le menacent. Il a donné une durée d’une semaine pour avoir terminé ce travail.

Nititanga a, en outre, invité tous les habitants du centre-ville à faire l’hygiène de leurs lieux d’habitation une priorité. Il a enfin appelé la population du chef-lieu de la province à mettre des lampes veilleuses sur les clôtures de leurs maisons et à les laisser allumer pendant toute la nuit dans le but de combattre des vols de nuit.

Le gouverneur de province déposant une gerbe de fleurs