• lun. Juil 15th, 2024

Réunion d’échange entre les natifs de la nouvelle province Burunga, 2ème édition, sur les perspectives de développement

ByAdministrateur

Juin 13, 2024

BUJUMBURA, 10 juin (ABP) – Les natifs de la nouvelle province de Burunga, formée par les provinces Bururi, Makamba, Rumonge et Rutana, ont organisé dimanche le 8 juin 2024, à Bujumbura, une réunion d’échange, 2ème édition, sur les perspectives de développement de cette province.

Cette réunion a vu la participation du vice-président du Sénat, des différents ministres du gouvernement, du Secrétaire général du parti CNDD-FDD, des membres du parlement natifs de cette province et des gouverneurs de ces quatre provinces, a constaté l’ABP sur place.

Dans son mot de circonstance, le Secrétaire général du CNDD-FDD, M. Réverien Ndikuriyo, a demandé aux administratifs de la province Burunga de se mettre ensemble pour préparer des projets à soumettre à la diaspora et d’autres investisseurs.

M. Ndikuriyo a, en outre, signifié que la population joue un rôle important dans la mise en œuvre de la politique nationale de développement. Il a également demandé aux natifs de la province Burunga de se méfier des rumeurs et vaquer aux activités d’autonomisation en vue de bien préparer leur avenir.

                                                                                                    Vue partielle des participants natifs de Burunga

De son côté, le ministre des Infrastructures, de l’Equipement et des logements sociaux, M.  Dieudonné Dukundane, a révélé que le budget alloué à la réhabilitation des infrastructures routières est disponible. Sur ce, il a déclaré que 90 % des produits importés au Burundi passeront dans la province de Burunga, via les ports de Rumonge, Kabonga et aussi sur la frontière de Mabanda. Le ministre Dukundane a exhorté les hommes d’affaires d’investir dans le secteur du tourisme, en construisant des hôtels de standing international, pour que les sites touristiques présents dans la région soient bénéfiques.

Pour sa part, le ministre en charge des Affaires étrangères, M. Albert Shingiro a, quant à lui, rappelé que le gouvernement burundais a décidé de diminuer les provinces pour renforcer la bonne gouvernance et les bonnes relations entre les provinces. En se basant sur la diminution du chômage chez les jeunes dans le pays, le ministre Shingiro a indiqué qu’à travers le partenariat d’échange de la main-d’œuvre avec les autres pays, le Burundi a envoyé, en 2023, plus de 5000 jeunes dans le pays d’Arabie-Saoudite pour avoir de l’emploi. Ces derniers ont fait entrer 6 millards FBu dans le trésor public en vue de soutenir le développement du pays.

Lors de cette rencontre, le ministre de l’Education nationale et de la Recherche Scientifique, M. François Havyarimana, a indiqué que l’éducation est la base de développement du pays. Il a ainsi annoncé que le gouvernement du Burundi va redynamiser les foyers des enseignants et multiplier les écoles à régime d’internat en vue d’assurer la bonne qualité dans l’enseignement. En outre, a-t-il ajouté, le gouvernement prévoit d’ouvrir une branche du campus de l’université du Burundi, « campus Burunga », à Makamba. Il a invité les natifs de la province Burunga de prioriser la formation professionnelle dans le domaine de l’éducation.

Au cours de différentes présentations, Dr Pierre Claver Ndayihereje, qui a exposé sur l’état des lieux de la santé dans les quatre provinces formant la province de Burunga, a fait savoir que les natifs sont en bonne santé. Il les a ainsi incités à contribuer dans les équipements et infrastructures, renforcer les compétences du personnel de santé et promouvoir la santé communautaire.

Selon lui, la province Burunga compte 237 centres de districts sanitaires, 13 hôpitaux communaux, huit hôpitaux de districts et deux hôpitaux de 3ème référence. En plus, le leadership et la gouvernance, les ressources humaines, les médicaments et produits de soins, la prestation des services de santé ainsi que la mutualisation de la santé sont des piliers du système de santé dans la province de Burunga, a-t-il renchéri.

Le professeur Diomède Manirakiza, qui a exposé sur la situation actuelle de l’écotourisme dans la nouvelle province de Burunga, a indiqué que cette province possède de nombreux lieux touristiques, à savoir les eaux thermales de Rumonge, la chute de Siguvyaye, la chute de  Karera, la source du Nil ainsi que le site de Gashinyira.

S’agissant des infrastructures en hôtellerie, la province Burunga possède 177 hôtels, avec 1935 chambres, sur 715 hôtels du pays avec 10083 chambres, a-t-il précisé, soulignant que parmi ces hôtels de la province Burunga, 3 seulement sont très classes. Parlant des faiblesses que rencontre cette province dans le domaine de l’écotouristique, il a évoqué la non professionnalisation des guides touristiques, le manque de publicités et communication, le non entretien des sites touristiques et l’absence de retombées financières touristiques pour les communautés locales.

Pour relever ces faiblesses dans cette province, il a recommandé aux administratifs natifs de cette province de faire la facilité bancaire aux entreprises écotouristiques, faire payer les biens et services écosystémiques, sensibiliser les natifs de cette province sur l’importance des lieux touristiques, promouvoir l’écotourisme et mettre en place un comité provincial et des comités locaux présidés par des administrateurs communaux qui suivront l’évolution des activités de développement de cette province.