• mer. Mai 18th, 2022

L’assemblée nationale du Burundi condamne les attaques à grenades survenues dans la capitale économique

ByAdministrateur

Sep 26, 2021

BUJUMBURA, 24 sept (ABP) – L’assemblée nationale condamne fermement les attaques à grenades survenues en dates des 19 et 20 septembre 2021, spécialement à Bujumbura, la capitale économique du Burundi, dans les parkings des bus de transport et faisant état de deux personnes mortes et 104 personnes blessées, apprend-on d’un communiqué de presse rendu public vendredi le 24 septembre 2021 et signé par le président de cette institution, M. Daniel Gélase Ndabirabe.

A travers ce communiqué, qui a été lu par le porte-parole du président de l’Assemblée nationale, M. Alexis Badian Ndayihimbaze, la chambre basse du parlement condamne ces attaques terroristes qui ne visent que ternir l’image du pays, surtout sur le plan international au moment où le président de la République, M. Evariste Ndayishimiye, prend part aux assises de la 76ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Etats membres de l’ONU qui se tient à New-York aux USA.

Cette institution adresse ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées suite à ces attaques meurtrières et souhaite prompt rétablissement aux personnes blessées, précise ce communiqué de presse. Par ailleurs, la chambre basse du parlement remercie le gouvernement pour s’être rapidement associé aux victimes afin de les réconforter et pour avoir visité les blessés et promis de supporter les frais de soins. Elle demande aux instances habilitées de continuer à mener de profondes investigations afin d’apporter à la population burundaise toute la lumière relative à ces actes ignobles. Elle demande également que les auteurs de ces actes soient punis conformément à la loi.

A cet effet, l’Assemblée nationale demande à la population burundaise de rester unie et sereine tout en continuant à sauvegarder la paix et la sécurité.

A la communauté internationale, elle demande d’arrêter et de remettre aux autorités burundaises les terroristes déjà identifiés pour qu’ils soient traduits devant la justice au Burundi, conclut le communiqué.