• mar. Sep 27th, 2022

La culture de la pomme pourrait être vulgarisée au Burundi

ByAdministrateur

Sep 27, 2021

BUJUMBURA, 25 sept (ABP) – La culture de la pomme se fait déjà au Burundi bien que l’Institut des Sciences Agronomique du Burundi (ISABU) n’a pas encore commencé à multiplier les boutures de cette plante, selon Mme Micheline Inamahoro, responsable du laboratoire de la biotechnologie végétale à l’ISABU lors d’un entretien accordé à l’ABP vendredi le 24 septembre 2021.

Elle a dit que la culture de la pomme n’a pas encore été introduite officiellement au Burundi, car il n’y a pas encore eu officiellement des recherches sur cette culture à l’ISABU.

Mme Inamahoro a indiqué que c’est à son retour de formation en Afrique du sud qu’elle s’est intéressée à cette culture au Burundi. En effet, ses études qui ont duré six ans étaient centrées sur la culture de la pomme.

A son retour au pays, elle a fait contact avec des gens qui l’ont informée de l’existence des personnes cultivant la pomme au Burundi, notamment à Muyinga par le nommé Jésus-Marie qui cultive les pommes depuis bientôt dix ans.

Ce dernier a commencé avec les plants qu’il a amenés de l’extérieur. Par après, il a pu les multiplier sur place.

Mme Inamahoro a ensuite fait connaissance avec un autre agriculteur de pomme vivant à Muyebe dans la province Mwaro ainsi qu’avec d’autres de la commune Isare de la province Bujumbura.

Dans la perspective de soutenir ces chercheurs privés tant financièrement que techniquement, elle a élaboré un projet mais malheureusement elle n’a pas encore eu de financement.

Son rêve est que, comme l’ISABU a constaté que ces gens possèdent des plants adaptés au climat du Burundi, on puisse faire la multiplication des boutures et faire la diffusion de la culture de la pomme auprès des autres agriculteurs.

Pour le moment, elle pense faire la collecte des plants sur terrain chez différents agriculteurs, et les amener à l’ISABU pour les conserver comme germoplasme, c’est-à-dire matériel génétique.  Elle a signalé que c’est l’ISABU qui peut faire la caractérisation morphologique et voir les variétés qui sont sur place en se référant aux caractéristiques des variétés provenant des pays où l’on cultive la pomme comme l’Afrique du sud et l’Ouganda car, a-t-elle précisé, les pommes commercialisées au Burundi proviennent, en grande partie, de ces pays.

Concernant la production, elle a indiqué que les pommes donnent des fruits une fois l’an, en général, après   l’hiver.

Mais au Burundi, il y a des variétés qui fleurissent en mai et donnent des fruits en septembre, d’autres fleurissent en septembre et murissent après trois mois. Il y en a même ceux qui fleurissent en mars. Elle a signalé que les pommes sont des plantes pérennes comme le café, c’est-à-dire qu’une fois plantée, elles peuvent durer plus de dix ans. On fait leur taillage comme pour le café.