• jeu. Août 11th, 2022

Le dossier lié à l’ajustement salarial figure parmi les dossiers laissés par le ministre des TIC sortant au nouveau

ByAdministrateur

Nov 25, 2021

BUJUMBURA, 24 nov (ABP) – L’ajustement salarial pour les départements sous tutelle du ministère de la Communication, des Technologies de l’information et des Médias, ainsi que le redressement de l’Office national des télécommunications (ONATEL) figurent parmi les dossiers laissés par la ministre sortante de la Communication, des Technologies de l’information et des médias, Mme Marie Chantal Nijimbere à son successeur, Mme Léocadie Ndacayisaba, a-t-on appris mardi le 23 novembre 2021 à Bujumbura, au cours des cérémonies de remise et reprise entre les deux ministres.

L’ONATEL connait des difficultés organisationnelles et financières depuis quelques années, a précisé Mme Nijimbere, indiquant que les plus hautes autorités du pays ont instruit le ministère de tutelle de tout faire pour redresser cette unique société publique de télécommunication.

Diverses actions ont été entreprises par le ministère à cet égard, a-t-elle souligné, signalant qu’une note sur les mesures de redressement a été élaborée et présentée en conseil des ministres tenu le 29 septembre 2021. Une commission a été par la suite mise en place par la primature en vue d’élaborer une feuille de route pour la mise en œuvre des recommandations du conseil des ministres sur la situation et les mesures de redressement de l’ONATEL, a fait savoir Mme Nijimbere.

Concernant le dossier lié à la problématique d’ajustement salarial au sein des départements sous tutelle du ministère en charge de la Communication, le ministre Nijimbere a signifié que ce dernier a été initié par le gouvernement du Burundi dans le cadre de l’harmonisation salariale, mais qu’il n’a pas été effectif pour le personnel des départements du ministère dont les salaires émargent du budget général de l’Etat. Alors que l’ajustement salarial pour les fonctionnaires devait s’étendre sur quatre ans, soit de 2016 à 2020, le personnel de ces départements n’a été ajusté que sur deux ans, de 2018 à 2020, a dit Mme Nijimbere, estimant que l’ajustement salarial pour cette catégorie devrait se prolonger pour durer quatre ans comme les autres fonctionnaires. Par ailleurs, a-t-elle argué, le personnel des départements sous tutelle demande qu’il soit rétabli dans ses droits.