• jeu. Juil 18th, 2024

Vulgarisation de la stratégie nationale de communication pour le développement en appui au PND

ByAdministrateur

Jan 13, 2022

GITEGA, 12 jan (ABP) – Le ministère de la Communication, des Technologies de l’information et des Médias a organisé, depuis lundi le 10 janvier 2022, un atelier de formation de deux jours à l’intention des hauts cadres et cadres des institutions étatiques sur la mise en œuvre de la stratégie nationale de communication pour le développement en appui au Plan national de développement (PND 2018-2027), a-t-on appris sur place.

Dans son discours d’ouverture de l’atelier, le secrétaire permanent au ministère ayant la communication dans ses attributions, M. Anicet Niyonkuru, a rappelé que le Burundi s’est doté d’un Plan national de développement 2018-2027 et qu’en vue de son opérationnalisation, une stratégie nationale de communication pour le développement en appui au PND a été élaborée par le ministère susdit. Cette stratégie, a-t-il signifié, a été validée par le Conseil des ministres en décembre 2020 tandis qu’une stratégie sectorielle de ce même ministère a été adoptée par le Conseil des ministres en 2021.

                                                                                                                                     Vue partielle des participants

Pour M. Niyonkuru, cet atelier permettra aux participants d’avoir des outils, leur permettant de changer leurs attitudes, afin d’être capables d’influencer les lourdes tendances environnementales et culturelles des Burundais.

Il a précisé que la majorité des hauts cadres des ministères et des cadres des institutions n’utilisent presque jamais la communication pour le développement, alors qu’elle favorise la participation et le changement social grâce aux méthodes et au développement de la communication interpersonnelle, aux médias communautaires et aux technologies modernes d’information.

Il a invité les participants à diversifier les types de communication et à mieux maîtriser la communication pour le développement, qui facilite l’accès à l’information d’autant plus que la communication institutionnelle vise à répondre, à rendre compte, à générer la visibilité et à établir les relations publiques.

Le secrétaire permanent au ministère de la communication a souligné que, dans différents ministères, la communication est verticale et peu propice au dialogue, ce qui ne facilite pas l’impulsion du changement souhaité. Il n’a pas manqué d’interpeller les participants à mieux maîtriser comment élaborer une stratégie de communication pour le développement.

Lors des échanges, les participants ont évoqué un défi lié à la confusion entre le porte-parole et la cellule de communication, qui se remarque dans certains ministères, ajoutant que même là où elle existe, elle est parfois non opérationnelle suite au manque du matériel.

Pour les mêmes participants, les décideurs devraient s’y impliquer davantage afin que les cellules de communication des différents ministères soient équipées en matériels, afin de mieux vulgariser les stratégies de communication pour le développement.