• ven. Mai 24th, 2024

Dégradation de la situation sanitaire suite aux déchets de la prison de Ngozi

ByAdministrateur

Jan 27, 2022

NGOZI, 26 jan (ABP) – Les habitants du quartier Ruvumu I de la ville de Ngozi (nord du Burundi), se plaignent ces derniers jours, de la dégradation de la situation sanitaire suite aux déchets de la prison centrale pour hommes de Ngozi.

Arrivé dans le quartier Ruvumu I se trouvant en dessous de la prison centrale de Ngozi, on est accueilli par une odeur nauséabonde. Cette dernière provient des déchets issus des toilettes de la prison centrale pour hommes de Ngozi. Il s’agit des matières fécales, des urines et des eaux usagées de cette prison.

Mme Judith Niyonkuru, un des habitants de ce quartier parle d’une dégradation sans nom de la situation sanitaire dans ce quartier. Outre l’odeur nauséabonde qui cause des maladies pulmonaires et respiratoires, cette vieille dame relève une morbidité élevée des enfants et des adultes du quartier. Les eaux salles stagnent autour des habitations causant du paludisme surtout pendant la saison pluvieuse. Mme Niyonkuru affirme que la question reste préoccupante pour tous les habitants et est connu par les autorités pénitentiaires qui n’ont rien fait pour y remédier.

Elle sollicite l’intervention des pouvoirs publics pour trouver une issue positive à cette question. Elle propose une gestion interne de ces déchets ou une canalisation souterraine afin de traiter en aval les déchets sans causer de problème aux habitants du quartier.

Notons que la prison centrale pour hommes de Ngozi a une capacité d’accueil de 400 détenus. Elle en compte actuellement près de 1500.