• mar. Fév 27th, 2024

  Echange sur la campagne de recouvrement de l’impôt sur revenus locatifs, exercice 2021 

ByAdministrateur

Mar 7, 2022

BUJUMBURA, 4 mars (ABP) – L’Office burundais des recettes (OBR), a organisé jeudi le 3 février à Bujumbura, un atelier d’échanges sur la campagne de recouvrement de l’impôt sur revenu locatif pour l’exercice 2021, à l’endroit des administratifs de la base au sommet de la mairie de Bujumbura.

Le chef de service communication à l’OBR, M. Fiacre Muhimpundu qui a représenté le commissaire général de l’OBR dans cette réunion, a fait savoir que l’objectif de cette activité est de rappeler aux administratifs de la mairie de Bujumbura, que la période de déclaration de l’impôt sur le revenu locatif a commencé depuis le 1er janvier 2022 et prendra fin le mars 2022.

Selon M. Muhimpundu, le staff de l’OBR ne peut pas arriver partout. C’est pourquoi cet office sollicite l’appui de l’administration dans son travail de collecter cet impôt locatif qui a été fixé par le gouvernement depuis 2016. Les administratifs sont ainsi appelés à intervenir dans l’identification de tous les contribuables de cet impôt sur revenu locatif, étant donné qu’ils maîtrisent mieux que l’OBR, les maisons et les propriétés en location dans leurs quartiers et qu’ils peuvent en savoir les loyers.

Le gouvernement en tant que gestionnaire de toute la population a prévu des catégories de personnes exonérées de cet impôt. Il a cité les veufs, les orphelins, les personnes âgées et les retraités. Il a ajouté que ces catégories de personnes exonérées sont elles aussi obligées de déclarer les revenus expliquant que la loi fiscale burundaise est une loi déclarative. Il a en outre précisé que l’OBR dispose des formulaires gratuits dans lesquels le client remplit sa catégorie.

Il a aussi souligné que 40% de l’impôt collecté transitent au compte du trésor public tandis que 60% de cet impôt est versé aux comptes des communes d’implantation des immeubles loués, proportionnellement aux impôts sur les revenus locatifs collectés dans chaque commune.  Il a profité de cette occasion pour inviter chaque administrateur communal et tout le personnel, à sensibiliser et à s’assurer que tous les contribuables s’acquittent de l’impôt qu’ils doivent.

La mairie de Bujumbura qui est l’une des entités administratives qui regorgent beaucoup de propriétés en location. Elle est plus interpellée par l’OBR pour s’investir afin qu’au 31 mars, on puisse maximiser cet impôt.  La collecte se poursuivra tout au long de l’année, mais avec des sanctions pour déclarations tardives, c’est-à-dire à partir du 1er avril. Il a informé qu’au-delà du 31 mars, tout contribuable redevable de l’impôt sur le revenu locatif devra payer l’impôt dû plus les amendes qui s’élèvent à 100 mille FBu pour les personnes physiques et plus de 100 mille FBu pour les personnes morales.

Les participants ont émis le souhait de voir les taux d’imposition fixés par la loi, diminués. M. Muhimpundu a répondu que c’est le gouvernement qui a les prérogatives de procéder, en cas de besoin, au changement des taux applicables pour chaque type d’impôt.

Les participants à la réunion ont aussi évoqué le défi d’une absence de recensement de tous les meubles en location pour éviter toute évasion fiscale.