• lun. Fév 26th, 2024

La jeunesse burundaise en quête d’emploi appelée à investir dans l’agripreneuriat

ByAdministrateur

Mar 31, 2022

GITEGA, 31 mars (ABP) – L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture « FAO », en collaboration avec Burundi business incubator « BBIN » a organisé le mardi 29 mars 2022 à Gitega (centre du Burundi), un atelier de réflexion sur les opportunités d’emploi et le financement des jeunes et des femmes agripreneurs dans le cadre du projet « Promoting employment opportunities and agripreneurship among youth and women in eastern africa ».

Dans leurs interventions, certains jeunes ont déclaré que lors de la mise en œuvre de leurs projets, ils sont souvent confrontés à une multitude de défis, notamment le problème lié au manque d’accès à Internet pour exposer et commercialiser leurs produits via les réseaux sociaux.

Quant à Kévin Rubuka, agripreneur du quartier Musinzira de la commune Gitega, chaque métier à ses risques. Il a exhorté les jeunes à vaincre la peur afin d’investir dans le domaine agripreneuriat pour s’auto-développer. Il les a exhortés aussi à travailler ensemble car selon toujours lui, l’union fait la force.

A titre d’exemple, M. Rubuka a indiqué qu’il s’est engagé à investir dans l’agriculture en plantant des pommes de terre et du soja sur 2 hectares en 2019 avec un revenu de 8 millions de francs burundais. Il a en outre fait savoir que maintenant, il aménage 8 hectares de terres arables où il plante des cultures variées. En termes de bétail, Rubuka a expliqué qu’il possède environ 1 100 poules.

Rubuka apprécie son progrès dans l’agripreneuriat, mais il a un problème lié au manque du marché d’écoulement pour ces poules et le manque de semences de bonne qualité pour avoir une bonne récolte.

Faustine Ndaruzaniye de la Colline Rwezamenyo, commune Makebuko de la province Gitega a signalé que malgré son avancé significatif, elle n’a pas un endroit convenable pour étendre ses cultures. Cependant, elle a signalé qu’elle peut récolter 50 sacs de légumes deux fois le mois, avec un montant de 15 000 FBu par sac.

Le chef adjoint chargé des programmes à la FAO au Burundi, M. Alain Ndakoze a rassuré à ces jeunes qu’il aura un réseau qui leur permettra de mieux faire avancer et exposer leurs activités.